•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sue Montgomery poursuit Valérie Plante pour 120 000 $

Sue Montgomery en mêlée de presse.

Une énième bataille judiciaire s'engage dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-Grâce.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Après sa cheffe de cabinet, c'est au tour de la mairesse de l'arrondissement montréalais de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce de poursuivre l'administration de Valérie Plante pour diffamation.

Sue Montgomery réclame 120 000 $ à la mairesse, à la Ville de Montréal et au contrôleur général Alain Bond, soit 90 000 $ pour atteinte à la réputation, à la dignité, à l'honneur et à la vie privée, ainsi que 30 000 $ à titre de dommages punitifs.

Dans la requête de 14 pages déposée le 4 juin au palais de justice de Montréal, Mme Montgomery explique qu'elle cherche à obtenir réparation pour le préjudice qu'elle a subi en raison des propos diffamatoires que les défendeurs ont tenus à son encontre dans les médias.

Dans une déclaration transmise jeudi à Radio-Canada, la mairesse d'arrondissement affirme avoir été traitée injustement.

Tout au long de ma vie, j’ai défendu les droits de personnes opprimées et marginalisées. Aujourd’hui, je défends mes droits.

Une citation de :Sue Montgomery, mairesse de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

La semaine dernière, sa directrice de cabinet Annalisa Harris avait elle aussi entamé une poursuite contre Valérie Plante, la Ville de Montréal et Alain Bond, car elle estimait que sa réputation avait été indûment entachée. Elle réclame pour sa part 186 125 $.

Portrait d'Annalisa Harris près d'une intersection.

Annalisa Harris est la cheffe de cabinet de la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce Sue Montgomery.

Photo : Radio-Canada / Benoit Chapdelaine

Mme Harris est au cœur d’une polémique qui a éclaté au grand jour en janvier 2020, lorsque Sue Montgomery a été expulsée de Projet Montréal pour avoir refusé de la congédier au motif qu'elle aurait fait du harcèlement psychologique envers deux employés de la Ville, dont le directeur de l'arrondissement, Stéphane Plante.

Depuis ce jour-là, Mme Montgomery a été dépeinte comme la seule responsable du climat toxique au sein de son arrondissement, allègue-t-elle.

Une véritable saga judiciaire

L'affaire a pris d'énormes proportions depuis janvier 2020. Le contrôleur général s'est notamment tourné vers la Cour supérieure pour demander que Mme Harris ne puisse avoir aucune communication ni participer à aucune réunion avec quelque fonctionnaire de l’arrondissement sans égards à leurs fonctions et statuts.

La mairesse Montgomery, qui contestait la directive, a eu gain de cause en décembre 2020, et l'administration Plante a fait savoir en mars qu'elle n'avait pas l'intention de faire appel du jugement.

Le dossier se poursuit néanmoins devant la Commission municipale du Québec (CMQ).

Sue Montgomery, qui aurait commis une vingtaine de manquements déontologiques, selon la CMQ, a réclamé un arrêt des procédures l'été dernier, mais sa demande a été rejetée en janvier. Des audiences ont eu lieu en avril. Les parties sont en attente d'une décision.

Une dispute aux frais des contribuables

Le mois dernier, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, avait estimé que l'administration avait jusqu'à maintenant remboursé 275 000 $ en frais d'avocat pour défendre Mme Montgomery devant les tribunaux.

Une autre semaine, une autre poursuite de Mme Montgomery, a réagi jeudi le cabinet de la mairesse Plante. C'est triste de voir les citoyens de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce laissés de côté par leur mairesse, qui priorise une panoplie de recours judiciaires.

La Ville de Montréal maintient sa position : nous aurions souhaité une paix judiciaire en lien avec cette saga, pour le bénéfice de tous, à commencer par les citoyens de l'arrondissement.

Une citation de :Extrait de la déclaration du cabinet de la mairesse Valérie Plante

Par ailleurs, ces batailles judiciaires n'ont pas empêché la mairesse d'arrondissement et sa directrice de cabinet de fonder un nouveau parti politique, baptisé Courage, en vue des élections automnales dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, l'arrondissement le plus populeux de Montréal.

Mme Montgomery briguera un second mandat à la mairie, alors qu'Annalisa Harris tentera de se faire élire comme conseillère de ville dans le district de Loyola. Deux autres candidats ont aussi été annoncés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.