•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième vie pour l’école de Guérin qui conserve sa vocation

L'École Saint-Gabriel de Guérin, au Témiscamingue.

L'École Saint-Gabriel de Guérin accueille maintenant des étudiants de formation professionnelle en plomberie et chauffage.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Le Centre Frère-Moffet tente de se positionner pour offrir le DEP en plomberie et chauffage de façon permanente.

L’école de formation générale et professionnelle du Témiscamingue a investi près de 400 000 $ pour aménager et rénover l’école primaire de Guérin afin qu’elle puisse accueillir des étudiants qui veulent obtenir un diplôme d’études professionnelles.

Depuis 2014, le Centre Frère-Moffet multiplie les efforts pour faire reconnaître le besoin d’ajouter de nouvelles cartes de formation au sein de son établissement.

L’école primaire de Guérin n’accueille plus d’élèves depuis 2019. Elle n’est toutefois pas restée longtemps sans apprenants. Depuis janvier, les étudiants au DEP en plomberie et chauffage occupent une bonne partie du bâtiment.

Des stations de travail ont été aménagées au sous-sol de l'École Saint-Gabriel à Guérin.

Le sous-sol a complètement été réaménagé pour que les étudiants puissent mettre en pratique leurs apprentissages, notamment pour la section chauffage du programme.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Ce qu’on a fait, c’est qu’on a mis nos chaudières à l’huile, chaudières à vapeur, chaudières électriques; on a un atelier de soudage. On a toute la partie propane. Tout ce qui est atelier, tout ce qui est pratique se fait au sous-sol, explique la directrice adjointe du Centre Frère-Moffet, Mélanie Perron.

70 % du programme est donné à l’école de Guérin. Les apprentissages restants sont acquis à l’École Rivière-des-Quinze.

En collaboration avec le Centre de formation professionnelle (CFP) de la Baie-James qui détient le DEP en plomberie et chauffage, le Centre Frère-Moffet a formé 11 personnes qui obtiendront leur diplôme en juillet.

C’est une cohorte qui se termine avec 11 élèves qui sont déjà embauchés, donc un taux de placement qui est excellent, ajoute Mme Perron.

La machinerie utile à l'apprentissage des étudiants en plomberie et chauffage est aménagée au sous-sol de l'École Saint-Gabriel.

Toujours en collaboration avec le CFP de la Baie-James, les locaux accueilleront une deuxième cohorte en octobre prochain.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Diversifier son offre

Ce taux de placement confirme, selon la directrice du Centre Frère-Moffet, le besoin d’ajouter cette carte d’enseignement à son offre.

Il y a un besoin de main-d’œuvre évident, imminent, criant même à travers la région au niveau de la plomberie-chauffage. Ça nous est dit et répété depuis plusieurs années.

Une citation de :Marie-Luce Bergeron, directrice du Centre Frère-Moffet

Malgré cette réalité, l’établissement d’enseignement essuie des refus de la part du gouvernement lorsqu’elle tente d’obtenir des formations de façon provisoire. Le Centre Frère-Moffet n’a toutefois pas l’intention de lâcher le morceau.

Le Centre Frère-Moffet au Témiscamingue.

Le Centre Frère-Moffet à Ville-Marie

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Depuis sept ans, l’équipe travaille sur un projet pilote de quatre cartes de formation professionnelle qu’elle pourrait offrir en alternance, selon les besoins du milieu. Il s’agit des DEP en plomberie et chauffage, réfrigération, calorifugeage et mécanique de machines fixes.

Je crois à la diversification de notre formation professionnelle ici au Témiscamingue. On le sait, on est bien campé sur le plan de l’agriculture. C’est correct, il faut maintenir ça, mais maintenant il faut se diversifier, estime Marie-Luce Bergeron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !