•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première victime de la COVID-19 au N.-B. manque toujours à ses proches

Daniel Ouellette

Daniel Ouellette est mort le 4 juin 2020 de complications attribuables à la COVID-19.

Photo : Gracieuseté/Michel Brigitte Ouelette

Le 4 juin 2020, les Néo-Brunswickois apprennent avec tristesse que la pandémie mondiale vient de faire une première victime dans la province : Daniel Ouellette, 84 ans, de Campbellton.

C'était une bonne personne. Un bon père, dit son fils, Michel Ouellette.

La présence de son père lui manque encore cruellement, un an après sa mort.

Une pierre tombale avec l'inscription Ouellette avec des fleurs sur le dessus et un coq métallique à l'avant.

La pierre tombale de Daniel Ouellette.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Daniel Ouellette résidait au Manoir de la Vallée d’Atholville depuis environ deux ans parce qu’il avait développé des symptômes de la maladie d'Alzheimer.

Il était bien traité dans ce foyer de soins et avait beaucoup de plaisir à faire ce qu’il aimait depuis toujours : danser et taquiner le personnel.

Homme chauve avec lunettes et gilet bourgogne, pose dans un cimetière.

Michel Ouellette est le fils de Daniel Ouellette, décédé le 4 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Tout a changé lorsque Michel reçoit un coup de fil du Manoir le 1er juin 2020. On l'avise que son père a été transporté à l'hôpital par ambulance. Il était inconscient.

Michel apprend alors que son père est atteint de la COVID-19, alors qu'une éclosion frappe l'établissement.

C’est un choc. Le virus s’est attaqué à un poumon, puis à l’autre. Rapidement, ça commence à aller mal à la shop.

Une citation de :Michel Ouellette

Quatre jours plus tard, sans que sa famille n'ait la chance de le voir une dernière fois, Daniel Ouellette, Ti-Dan pour les intimes, est déclaré mort. Il devient alors le premier néo-brunswickois à mourir de complications liées au nouveau coronavirus.

Un bon vivant

Daniel Ouellette a laissé dans le deuil son épouse Albertine ainsi que cinq enfants, deux fils et trois filles. Il a aussi laissé derrière lui une très grande famille élargie ainsi que de nombreux amis.

Jusqu’à son déménagement au Manoir de la Vallée, il habitait tout près, à Campbellton, dans un quartier que les plus âgés appellent encore « Saint-Albert ». Pour gagner sa vie, il a longtemps travaillé en forêt à titre de bûcheron.

Selon son fils, Daniel Ouellette était un bon père de famille, un homme drôle qui adorait taquiner ses proches. « C’était un bon p’tit diable ».

La douleur persiste

Un an plus tard, sa perte fait toujours aussi mal aux proches qu'il a laissé derrière lui.

Le 4 juin dernier, un an jour pour jour jour après son décès, a été une journée particulièrement difficile pour son épouse et ses cinq enfants.

C’était difficile. Nous sommes venus au cimetière pour faire une petite prière. C’est dur de passer au travers quand tu te le fais arracher comme ça.

Une citation de :Michel Ouellette

En plus d'arracher Daniel Ouellette à sa famille et à ses amis, le nouveau coronavirus a aussi privé cet homme d’une fin de vie digne. Les visites à l’hôpital étaient interdites au moment de son hospitalisation. Le pire, c’est que tu ne peux pas lui dire au revoir. T’as pas la chance d’aller le voir une dernière fois.

Homme chauve avec lunettes et gilet bourgogne, touche la pierre tombale de son père Daniel Ouellette.

Michel Ouellette vient régulièrement parler à son père enterré dans un cimetière de Campbellton

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Michel Ouellette dit venir régulièrement au cimetière discuter avec son père. C’est pas la même chose, il ne répond pas. Mais il répond d'une certaine manière.

Pour l’avoir vécu de plein fouet, il comprend mal que des gens continuent de croire que cette pandémie mondiale est une pure invention.

L'homme qui a eu la douleur de perdre sa fille dans un accident de la route il y a une dizaine d'années se console comme il peut.

On dit toujours qu'il est parti voir notre fille. Ils doivent avoir un méchant party là-haut. Il faisait rire les gens ici sur Terre. Il doit faire la même chose au paradis.

Une citation de :Michel Ouellette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !