•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un CHSLD moderne ferme ses portes; 78 aînés vulnérables face à l’inconnu

À cause d'une mésentente avec Québec, les résidents doivent se trouver un autre hébergement avant octobre.

Assise sur une chaise, entourée de plantes

Rachelle Germain, 91 ans, dans la cour arrière du CHSLD Valeo à Saint-Lambert.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« C'est terrible », dit Rachelle Germain, 91 ans, qui apprend la nouvelle de la fermeture devant nos yeux. L'équipe du CHSLD privé Valeo de Saint-Lambert et les familles des résidents hésitent encore à annoncer aux aînés ce qui les attend. Un drame pour ces personnes vulnérables qui viennent de traverser la pandémie.

Je trouve ça injuste qu'une situation bureaucratique ait cet impact-là, dit Lucie Laplante, la fille d'une résidente. Elle est sous le choc depuis qu'elle a reçu la lettre l'informant de la fermeture prévue en octobre.

Ces gens-là ont vécu une année excessivement difficile, ils ont été loin de leur famille, et là il faut qu'on leur annonce qu'ils vont devoir déménager. Ça va être l'enfer, ils ne savent pas où ils s'en vont.

Si la priorité de la ministre [des Aînés] Marguerite Blais, c'est le bien-être des résidents, elle a l'occasion de le démontrer.

Une citation de :Lucie Laplante, fille d'une résidente de 87 ans
  Mme Laplante fixe le vide, le regard troublé.

Lucie Laplante s'inquiète pour sa mère qui habite au CHSLD Valeo.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Plusieurs familles ont fait part à Radio-Canada de leurs inquiétudes. Certains de ces aînés sont lourdement handicapés.

On retrouve parmi les résidents la femme d'une figure marquante de l'histoire du Québec. Sa famille nous a demandé de taire son nom pour la protéger.

Pendant que tous ces aînés vont se mettre en quête d'une place en CHSLD, 171 autres personnes sont déjà en attente de ce type d'hébergement sur le territoire du CISSS de la Montérégie-Centre.

Le CHSLD privé amené à disparaître est récent. Il n'a que 10 ans. On y retrouve 94 chambres individuelles. Les deux tiers sont achetés et occupés par le réseau public.

Ils ont des grandes chambres, c'est neuf, c'est moderne, ils ont un bel environnement, dit Lucie Laplante.

Une mésentente entre le propriétaire de l'immeuble, l'exploitant et le ministère

Une affiche devant le stationnement détaille les services offerts au CHSLD.

Le CHSLD privé compte 94 chambres dont les deux tiers en partenariat avec le CISSS de la Montérégie-Centre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Groupe Sedna, qui exploite le CHSLD privé, est locataire et son bail vient à échéance en octobre. L'entreprise voulait se prévaloir du renouvellement prévu au contrat pour 10 autres années. La propriétaire de l'immeuble souhaitait aussi un nouveau bail de 10 ans. Mais le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ne l'entendait pas ainsi.

Le MSSS a offert au Groupe Sedna de prolonger le contrat de service pour une durée de 2 ans au lieu de 10 ans, explique Martine Lesage, porte-parole du CISSS de la Montérégie-Centre. L'offre n'a pas fait l'affaire du loueur ni de la propriétaire.

Nous privilégions la location à long terme, afin de garantir la stabilité des personnes âgées.

Une citation de :LS4 immobilier inc., propriétaire du bâtiment, dans un courriel à Radio-Canada

Le CISSS de la Montérégie-Centre explique qu'il voulait se limiter à deux ans dans le contexte où le prestataire de service doit lui fournir un rapport venant préciser que des correctifs sur le plan de la qualité des soins et services du CHSLD ont été apportés.

Le CHSLD est beau, a dit la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, en entrevue au 98,5 FM, jeudi, mais il y a eu des manques. Le cabinet de Marguerite Blais précise que des visites d'évaluation n'ont pas été satisfaisantes au cours des dernières années.

L'établissement a souffert durant la pandémie et l'armée y a prêté main forte. Le manque de soutien du CISSS de la Montérégie-Centre avait été dénoncé par des familles, au pire de la crise.

Je n'ai absolument rien à dire contre les services, répond Lucie Laplante, la fille d'une résidente. De son côté, le Groupe Sedna rappelle que le CHSLD a obtenu son agrément en 2018, avec mention d'honneur.

Un enjeu financier

En peine de rentabilité, le gestionnaire du CHSLD a aussi demandé au ministère de revoir à la hausse le financement des places qu'il occupe. Alors qu'une place dans le réseau public coûte plus de 7000 $ par mois à l'État, le gouvernement finance Valeo à hauteur de 5000 $ la place.

Il reçoit deux tiers du financement d'un établissement public, donc on ne peut pas faire des miracles avec ça.

Une citation de :Paul Arbec, président par intérim de l'Association des établissements longue durée privés du Québec (AELDPQ)

Le cabinet de la ministre affirme avoir été disposé à verser plus d'argent au CHSLD, mais pas à donner un chèque en blanc.

La « nationalisation » des CHSLD, l'autre enjeu de cette affaire

Depuis la tragédie du CHSLD privé Herron, fermé en novembre, le gouvernement du Québec a imposé la fermeture du CHSLD privé L'Eden, à Laval. Ce dernier avait été mis sous tutelle pendant la pandémie.

L'objectif du ministère de la Santé, c'est de conventionner les 40 CHSLD privés de la province pour qu'ils soient soumis aux mêmes normes que dans le public. La moitié le serait d'ici 2022.

Selon le directeur général du Groupe Sedna, Yves Parent, la fin du bail arrive au plus mauvais moment, parce que la stratégie du gouvernement n'est pas encore déployée. Si notre contrat s'était terminé dans un an, probablement que les circonstances seraient différentes.

Le CISSS lance un appel d'offres en urgence pour un nouveau CHSLD

Le 4 juin, le CISSS de la Montérégie-Centre a publié un appel d'offres pour répondre à un besoin urgent de places en hébergement de type CHSLD. La description ressemble en tout point au CHSLD Valeo, mais pour une exploitation 100 % publique.

Le CISSS désire louer, dans un immeuble, des espaces pour y héberger de 60 à 100 résidents. La localisation doit être à Saint-Lambert, Longueuil ou Brossard.

Le CISSS va se créer un nouveau CHSLD sur son territoire, constate, amer, le directeur général de Valeo. On veut rendre public le CHSLD, a admis la ministre des Aînés.

Accompagner le déménagement des résidents et des employés

Marguerite Blais affirme vouloir tout faire pour que la transformation des CHSLD privés se fasse sans déménagements d'aînés.

Nous comprenons que cette situation puisse amener de l’inquiétude chez les familles et les proches, dit le CISSS de la Montérégie-Centre, à propos de Valeo.

Nous les accompagnerons tout au long du processus de relocalisation. Nous sommes conscients de l’importance de la stabilité du milieu de vie pour les aînés.

Une citation de :Martine Lesage, porte-parole du CISSS de la Montérégie-Centre

Soixante résidents doivent être assistés par le réseau public et les 18 occupants de chambres privées par le Groupe Sedna.

Nous faisons un accompagnement individualisé, explique Yves Parent. On fait des appels pour trouver des sites de relocalisation.

La centaine d'employés du CHSLD Valeo seront aussi replacés au sein de la compagnie qui possède les 14 CHSLD privés du Groupe Champlain.

Avec la collaboration de Daniel Boily

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !