•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de lits à l'Hôpital de Tracadie : Caraquet se montre solidaire

Bernard Thériault

Le maire de Caraquet, Bernard Thériault, dit être solidaire avec les gens de Tracadie, alors que les services sont réduits temporairement dans leur hôpital.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Même si elle est présentée comme une mesure temporaire, la fermeture des quatre lits de soins intermédiaires à l'Hôpital de Tracadie met les élus de la Péninsule acadienne en état d'alerte.

Quelques jours à peine après son assermentation comme maire de Caraquet, Bernard Thériault voit apparaître la question des soins de santé dans la Péninsule acadienne, tel un vieux fantôme politique qui se pointe à nouveau.

Hôpital de Tracadie

Hôpital de Tracadie

Photo : Radio-Canada / René Landry

Radio-Canada a appris que le Réseau de Santé Vitalité ferme les quatre lits de soins intermédiaires à l'Hôpital de Tracadie en raison du manque de personnel infirmier. Il s'agit, assure-t-on, d'une mesure temporaire.

Les soins intermédiaires sont offerts à des patients plus stables que ceux qui se trouvent aux soins intensifs, mais qui nécessitent tout de même des soins plus intenses qui sont difficile à offrir dans les unités de soins régulières. Il peut s'agir, par exemple, d'une surveillance cardiaque ou de l'administration de médicaments par une infirmière en soins spéciaux.

Bernard Thériault, ex-ministre libéral provincial, reconnaît qu'il a appris à ses dépens que les soins de santé et la politique constituent un mélange explosif dans la région.

Je suis tout à fait solidaire avec les gens de Tracadie.

Une citation de :Bernard Thériault, maire de Caraquet

Le temps où les villes de Tracadie et de Caraquet tiraient la couverture chacune de son bord est-elle révolue?

Je vous dirais que oui, tranche rapidement le nouveau maire. Vous savez comment cette question de services de santé, dans les années 90 a créé des déchirements entre les régions. J'en ai personnellement payé le prix politique et je ne veux pas me retrouver dans d'autres situations comme celles-là.

Un maire de Tracadie proteste dans la rue à Caraquet

Des manifestants agitent drapeaux et pancartes derrière un homme arrêté pour donner une entrevue à un journaliste.

Denis Losier, maire de Tracadie, était présent au rassemblement à Caraquet le 17 février 2020.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Bernard Thériault n'a pas oublié la présence à Caraquet du maire de Tracadie, Denis Losier, à un rassemblement contre la fermeture d'urgence la nuit, qui était alors envisagée par le gouvernement provincial.

Dans la perspective où les acteurs politiques de la région de Tracadie ont défendu l'année passée les services qui sont offerts à l'Hôpital de Caraquet parce qu'ils avaient un impact sur l'ensemble de la Péninsule acadienne, on aura le même réflexe. On doit s'assurer que ces changements-là ne nuisent pas à l'ensemble des services dans la Péninsule acadienne, dit Bernard Thériault.

Au-delà du retour d'ascenseur

Mais il va bien au-delà du simple retour d'ascenseur.

Il estime que les élus de la Péninsule acadienne doivent plus que jamais se montrer vigilants quand il est question de soins de santé.

Je crois qu'il faudra continuer à regarder l'avenir et la défense des soins de santé comme une perspective régionale, affirme-t-il. Dans ce cas-ci, on va garder un œil là-dessus pour s'assurer qu'on ne gruge pas les services dans la Péninsule acadienne.

Trop souvent, en voulant protéger ce qu'on a peur de perdre, on ne met pas assez l'accent sur ce qu'on devrait avoir.

Une citation de :Bernard Thériault, maire de Caraquet

Des services pour toute la région

Si Bernard Thériault a été pris dans le tourbillon des guerres de clochers entre Caraquet et Tracadie sur la question des hôpitaux quand il était un politicien provincial, il a changé son fusil d'épaule alors qu'il est maintenant un élu municipal.

Mais il y a autre chose.

Dans les deux dernières années, pour des raisons familiales, j'ai été appelé à me rendre très régulièrement à l'Hôpital de Tracadie où on reçoit d'ailleurs un excellent service, révèle-t-il. Les gens qui reçoivent des services à Tracadie, comme à Caraquet et à Lamèque, sont de toutes les régions de la Péninsule.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !