•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs écoles de l'Est-du-Québec n'organiseront pas de bal de finissants

Des ballons au sol dans une soirée.

Après l'annonce du gouvernement Legault, les centres de services scolaires de la région sont en réflexion pour savoir s'ils organisent ou non un bal de finissants.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Bon nombre d'écoles secondaires de l'Est-du-Québec n'organiseront pas de bal des finissants cette année, même si cela est maintenant permis par la santé publique.

L’annonce du gouvernement Legault autorisant la tenue de célébrations de fin d'année à l’extérieur à partir du 8 juillet a surpris et même choqué certains milieux scolaires.

Au Centre éducatif L’Abri à Port-Cartier, la remise de diplômes prévue le 25 juin demeure l’unique cérémonie à l’horaire, indique son directeur adjoint, Éric Couture.

On a pris la nouvelle d’une façon un peu froide, car on sait tous que les équipes-écoles ont travaillé fort pendant toute la pandémie. Nous demander de monter un bal de fin d'études le 8 juillet alors que le personnel enseignant est en vacances, ce n’est pas vraiment une bonne idée, soutient M. Couture.

Même son de cloche à l’École secondaire Serge-Bouchard à Baie-Comeau, où une cérémonie faite en respectant les classes-bulles aura lieu pendant les heures de classe.

Le directeur adjoint de l'école, Jean-Philippe Claveau, précise qu’un bal ne s’organise pas en un claquement de doigts : Ça implique beaucoup de choses, un bal des finissants. On parle de réservation de salle, de matériel, de décoration, c’est assez complexe!

Les deux adjoints ajoutent que les élèves et les parents ont été soulagés de la décision de ne pas organiser de bal après le 8 juillet. Les plans de vacances et les emplois d’été rendaient la présence des nouveaux diplômés compliquée.

La plupart ont envie de terminer en juin. Certains vont quitter la région après. Il faut vraiment penser aux contraintes que les jeunes ont, ajoute pour sa part l'enseignante Valérie Talbot, qui enseigne le français à l'École secondaire Paul-Hubert de Rimouski.

Un jeune sauveteur de piscine.

Nombreux sont les étudiants de 5e secondaire qui auront un emploi cet été (archives).

Photo : Getty Images / jabejon

Au Paul-Hubert, une cérémonie de fin d’études est également prévue en juin, sans plus.

Il n’y a pas grand-chose de disponible pendant l’été pour ce qui est des chapiteaux ou de la sonorisation. Tout est déjà réservé pour toutes sortes d’événements, explique Mme Talbot.

À Rivière-du-Loup, les élèves de l’école secondaire seront bientôt appelés à se prononcer sur ce qu’ils souhaitent faire pour clôturer leur parcours.

Le directeur de l’école, Benjamin Paradis, pense que l’impossibilité de tenir un bal classique avec des accompagnateurs refroidira les ardeurs, puisque 250 personnes au maximum peuvent être présentes aux bals de finissants, selon les directives sanitaires.

Ce n’est pas un mince défi en date du 9 juin de préparer un tel événement. Si jamais le chapiteau à l'extérieur est leur choix, on va vérifier ce qui est possible. Mais devant l’impossible, nul n’est tenu, précise le directeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !