•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Communautés LGBTQ+ : des écoles de l'Î.-P.- É. veulent être plus inclusives

Un drapeau arc-en-ciel dans un pot de crayons.

Le ministère de l’Éducation prévoit modifier le programme scolaire et y inclure davantage d’informations sur la diversité des genres et l’orientation sexuelle.

Photo : iStock / Carlos Alberto Kunichek

Le ministère de l’Éducation de l’Île-du-Prince-Édouard souhaite transformer les écoles de la province en environnements plus inclusifs pour les élèves des différentes identités de genre.

Une consultation publique a été lancée en ligne, cette semaine, pour discuter des nouvelles directives proposées par le réseau scolaire et des organismes LGBTQ+.

Le document intitulé Respecter, accommoder et soutenir l’identité de genre reste accessible pour la consultation publique jusqu’au 25 juin sur le site du gouvernement provincial.

 On commence avec la consultation et on aimerait aller de l’avant avec un plan de formation pour mieux outiller les enseignants et les élèves lors de la prochaine année scolaire. 

Une citation de :Lisa Marmen, directrice aux services aux élèves de la Commission scolaire de langue française de l’île.

Le projet vise à éviter toute forme de harcèlement, d’intimidation ou de violence contre les élèves qui peuvent être la cible de comportements homophobes ou transphobes.

Les deux toilettes multiples neutres qui sont situées à la bibliothèque et dans le bâtiment principal sont les premières à l'université et même dans la province.

Le projet recommande de fournir aux élèves un accès sécuritaire à des vestiaires neutres.

Photo : julien lecacheur

Le document recommande notamment d’éviter le langage genré et les activités qui divisent selon le genre, ainsi que de respecter le désir d’une personne de s’identifier comme elle le souhaite et de fournir un accès sécuritaire à des vestiaires neutres.

Les directives définissent aussi des concepts liés à la communauté LGBTQ+, notamment le genre non binaire, la transidentité et l'hétéronormativité entre autres.

Des clarifications nécessaires qui orienteront les discussions en classe entre les enseignants et les élèves, selon Lisa Marmen, directrice aux services aux élèves de la Commission scolaire de langue française.

Dans les documents, on explique que l’identité de genre, l’expression de genre ou l’orientation sexuelle sont dynamiques et peuvent changer, souligne-t-elle.

Norbert Carpenter en conférence de presse.

Norbert Carpenter, dirigeant par intérim de la Direction des écoles publiques de langue anglaise de l'Île-du-Prince-Édouard. (ARCHIVES)

Photo : Radio-Canada

Pour Norbert Carpenter, directeur des écoles anglaises, ces nouvelles directives doivent être mises en place le plus rapidement possible.

Les écoles sont le reflet de la société. […] Et nous pensons qu’il nous incombe, avec nos partenaires, de veiller à ce que chaque élève se sente en sécurité pour exprimer son genre ou s’identifier à un genre particulier.

Une citation de :Norbert Carpenter, directeur du Public School Branch

Le document de 27 pages est inspiré des politiques déjà en place dans les écoles de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse.

Une fois la consultation publique terminée le 25 juin, le ministère de l’Éducation prévoit modifier le programme scolaire et y inclure davantage d’informations sur la diversité des genres et l’orientation sexuelle.

Andrea MacPherson pose pour la photo dans son bureau.

Andrea MacPherson est membre de Pride P.E.I..

Photo :  CBC

Uniformiser les pratiques

Andrea MacPherson, membre de Pride P.E.I., porte un regard optimiste, mais prudent, sur la manière dont ces nouvelles directives changeront la routine dans les écoles.

Elle explique que les pratiques dans les établissements scolaires ne sont pas uniformes.

 Il se peut que vous ayez la meilleure administration d’école, qu’elle vous soutienne totalement et que ce soit génial, mais il se peut aussi que vous vous rendiez dans une autre communauté et que ce soit un cauchemar , a-t-elle déclaré.

Pour Andrea MacPherson, la mise en place des directives représente une occasion d’offrir un traitement équitable à l’ensemble des établissements scolaires.

 Ce manque de cohérence est un vrai problème , affirme-t-elle.

Le projet Respecter, accommoder et soutenir l’identité de genre a été élaboré en collaboration avec la Public School Branch, la Commission scolaire de langue française, la Commission des droits de la personne, le Secrétariat Interministériel des Femmes, Peers Alliance et le Réseau des personnes transgenres de l’île.

Avec des informations de Kevin Yarr, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !