•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ligue de hockey junior du Manitoba prend des mesures pour contrer le racisme

Le Blizzard d'OCN de la Ligue de hockey junior du Manitoba.

La Ligue de hockey junior du Manitoba affirme qu'elle suspendra tout joueur, entraîneur, dirigeant d'équipe et autre membre de Hockey Canada qui enfreint la politique antidiscriminatoire de la ligue.

Photo : Blizzard d'OCN

Radio-Canada

À partir de la saison prochaine, les joueurs, les entraîneurs et le personnel de soutien de la Ligue de hockey junior du Manitoba suivront des ateliers de formation au sujet du racisme. Les ateliers porteront sur des questions entourant les Autochtones, ainsi que sur la lutte contre la discrimination et l'oppression, selon un communiqué de presse de la Ligue.

L'objectif est de sensibiliser les membres de la Ligue au langage discriminatoire et oppressif, et de les aider à déterminer les comportements problématiques dans le but de créer une culture du hockey plus respectueuse et inclusive, indique le communiqué.

Diverses conversations au sein de la Ligue la saison dernière ont amené le commissaire Kevin Saurette à croire que la LHJM devrait en faire davantage pour lutter contre le racisme et la discrimination au hockey.

Nous savons que la discrimination existe malheureusement toujours dans notre sociétéet que l'éducation antiraciste est nécessaire pour que le changement ait lieu , déclare-t-il dans le communiqué.

Des formateurs près de la réalité

Les ateliers seront donnés par Wade Houle, membre de la Première Nation Ebb and Flow, qui se présente comme Métis et Anishinaabe et qui est enseignant au secondaire à Dauphin. Il est également consultant en matière de formation à la discrimination et de sensibilisation aux réalités autochtones.

M. Houle, qui se dit extrêmement enthousiaste à l'idée d'offrir ces formations, a d'ailleurs déjà joué pour les Kings de Dauphin de la LHJM et se dit encore proche de ce sport. Ayant été témoin de nombreux cas de racisme, il a proposé à M. Saurette de mettre en place un programme de formation antiraciste l'hiver dernier.

La proposition a été votée lors de la récente assemblée générale annuelle de la Ligue, indique-t-il.

C'est le moment idéal. C'est toujours le bon moment [pour apprendre], mais c'est encore plus urgent maintenant que jamais. Et c'est une excellente occasion pour ces jeunes hommes, ces familles et le personnel d'apprendre des choses sur une réalité qui me touche chaque jour.

Une citation de :Wade Houle, membre de la Première Nation Ebb and Flow et ancien joueur de la ligue de hockey junior du Manitoba

Les derniers détails doivent encore être réglés, mais Wade Houle prévoit de s'appuyer sur un certain nombre d'auteurs et de livres, sur d'autres éducateurs et sur ses expériences personnelles. Il y aura également une composante interactive, précise-t-il dans une entrevue accordée à CBC.

C'est toujours un défi de présenter des idées qui sont relativement nouvelles pour les personnes non PANDC [Personnes autochtones, noires et de couleur]. Lorsque j'expose certaines vérités, il semble qu’elles n’appartiennent qu’à moi, explique M. Houle.

Il espère apporter un changement à la LHJM et qu'il en résulte une aide pour toute la communauté manitobaine.

Semaine après semaine, preuve après preuve... Cela ne fait que réaffirmer une grande partie des messages que je reçois sur le racisme, la discrimination, les préjugés et les stéréotypes, notre culture et la façon dont nous nous comportons en société, souligne-t-il.

Des suspensions minimales pour la discrimination

En plus des ateliers qui porteront sur des sujets tels que les différences ethniques, le sexe et les questions culturelles, la ligue annonce des suspensions minimales automatiques pour les joueurs de la LHJM, les officiels d'équipe et les cadres qui sont reconnus coupables de discrimination à l'endroit d'une autre personne.

Toute personne faisant partie de la Ligue qui se moque verbalement d'une personne, l'insulte, l'intimide ou la discrimine de quelque manière que ce soit sera suspendue pour trois matchs à la première infraction, pour cinq matchs à la deuxième et pour une période indéfinie à la troisième infraction.

La Ligue n'a pas précisé la façon dont les enquêtes fonctionneront et dont les incidents seront signalés, mais elle indique que toute personne ne coopérant pas à une enquête pourrait être suspendue.

Le racisme est présent dans la Ligue depuis de nombreuses années et il est temps d'y remédier, a déclaré dans le communiqué Murray Clearsky, chef de la Première Nation Waywayseecappo, où évoluent les Wolverines.

M. Clearsky estime que toutes les personnes non autochtones devraient être sensibilisées à leur réalité.

Le fait de le vivre directement suscite vraiment une grande colère en soi, a ajouté M. Clearsky.

Un point de départ, et non un point d’arrivée

L'annonce de la Ligue est une étape importante, puisqu'elle reconnaît le racisme et la discrimination, et qu'elle admet que ces problèmes doivent être abordés, selon Delia Douglas, spécialiste de la lutte contre le racisme à la Faculté des Sciences de la Santé Rady de l'Université du Manitoba.

Mais la sensibilisation et les suspensions potentielles ne sont qu'un point de départ, pas un point d'arrivée, ajoute-t-elle.

Elle affirme que l'antiracisme doit être un acte quotidien et que, si la Ligue a introduit un mécanisme qui pourrait être utile, il ne changera pas la culture à lui seul.

Une politique est une étape, mais ce n'est certainement pas la seule, parce que, s'il n'y a pas d'autres soutiens et ressources, elle devient inefficace, dit Delia Douglas Si cela se produit, on trahit la confiance des gens parce qu'ils ne croiront pas qu'on agit de bonne foi.

Mme Douglas a de nombreuses questions à poser, notamment sur la manière dont les incidents seront signalés et sur la façon dont la Ligue peut garantir un espace sûr à quiconque signale des incidents de discrimination, en particulier les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur. Elle se demande aussi qui décidera de ce qui constitue une infraction et si les parents pourraient être sanctionnés.

Elle espère que la Ligue comprendra que le racisme est complexe et qu'une formation complète devra être établie au fil du temps.

On ne peut pas passer de zéro à... la compréhension de la complexité et des contradictions de la violence raciale après un seul atelier, affirme-t-elle, ajoutant qu'il existe de nombreuses formes de racisme.

Avec un peu de chance, si ces initiatives sont menées à bien, les joueurs pourront se concentrer sur la joie du sport : se dépasser en tant qu'athlètes d'élite et nouer des relations, conclut Mme Douglas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !