•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crystal Shawanda « plonge dans sa culture » après une victoire historique aux Juno

Portrait de Crystal Shawanda

La chanteuse de la Première nation Wiikwemkoong, sur l'île Manitoulin, travaille actuellement sur un projet personnel : un album de musique autochtone, ou de « chansons de raconteurs d'histoires », comme elle les appelle. Elle enregistre également un nouvel album de blues.

Photo : Soumise par True North Records

Radio-Canada

La chanteuse ojibwée Crystal Shawanda se dit choquée et surprise d'avoir remporté le prix du meilleur album de blues de l'année aux prix Juno. Elle est la première artiste autochtone à obtenir cette distinction.

L’album Church House Blues de l'artiste de 37 ans originaire de la Première Nation Wiikwemkoong, sur l’île Manitoulin, a conquis le jury.

Honnêtement, je ne pensais vraiment pas que j'allais gagner , dit-elle, encore incrédule.

Le 50e anniversaire des prix Juno, qui honore la musique canadienne, a été présenté depuis Toronto la fin de semaine dernière. Crystal Shawanda a regardé le spectacle avec sa fille et sa famille depuis Nashville, où elle travaille sur son prochain album.

Il a toujours été très important pour moi d'essayer de briser les barrières et d’atteindre le grand public. Cela a toujours été une de mes missions, depuis que je suis enfant , affirme-t-elle.

En grandissant, je n'ai vu personne qui me ressemblait à la télé. Et même en tant qu'enfant, je m'en suis rendu compte et me suis demandé "pourquoi ne sommes-nous pas vus partout ? Pourquoi sommes-nous invisibles ?"

Une citation de :Crystal Shawanda, gagnante d’un prix Juno pour l’album blues de l’année

Crystal Shawanda dit avoir commencé à chanter dès qu'elle était capable de faire du bruit et être montée sur scène pour la première fois à l'âge de six ans. Elle a enregistré son premier album à l'âge de 13 ans.

Mes parents m'ont beaucoup soutenue. J'ai commencé à être payée pour chanter à l'âge de 10 ans et depuis, je n'ai jamais regardé en arrière , raconte-t-elle.

L’ouverture du gala des prix Juno a été marquée par Buffy Sainte-Marie, qui a fait part de la douleur que beaucoup ressentent après la découverte des dépouilles de 215 enfants sur le site du pensionnat autochtone de Kamloops.

Crystal Shawanda a répété une partie du message de l’artiste autochtone lors de son passage, soulignant que les membres des Premières Nations grandissent en entendant ces histoires depuis des générations.

Nous savions que ces choses arrivaient. Un cousin de ma famille n'est jamais rentré à la maison, a-t-elle déclaré, ajoutant que c'est en partie pour cette raison qu'elle continue à briser les barrières avec sa musique.

Je ne veux pas que nous soyons invisibles. Je veux que nos voix soient entendues parce que nous parlons au nom de ces enfants qui n'ont pas de voix, a-t-elle ajouté.

Crystal Shawanda travaille maintenant sur son prochain album de blues, mais aussi sur un projet personnel - un album de musique autochtone ou de chansons de raconteurs d’histoires , comme elle les appelle.

Elle confie avoir ainsi l’impression de boucler la boucle.

J'en suis maintenant à plonger dans ma culture, à l'embrasser et à l'envelopper autour de moi , conclut la musicienne.

Avec les informations de CBC, et Marjorie Kitty

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !