•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aire protégée du lac à Moïse : Mashteuiatsh aurait aimé être avertie plus tôt

Un massif de forêt vierge identifié par la nation huronne-wendat

Le secteur du lac à Moïse.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie/Luc Vincent-Savard

Le conseil des élus de la communauté de Mashteuiatsh déplore d'avoir appris à quelques heures d'avis qu'une annonce allait être faite mardi concernant une nouvelle aire protégée dans le secteur du lac à Moïse, à la limite sud-ouest de la réserve faunique des Laurentides.

Mardi, le ministre de l'Environnement, Benoît Charette, a annoncé la création des deux premières aires protégées d'utilisation durable au Québec, soit une sur l'île d'Anticosti ainsi que celle du lac à Moïse. Ce territoire est situé à peu près à mi-chemin entre les routes 175 et 155, à la latitude approximative de La Tuque.

Même si notre Première Nation a toujours été ouverte au dialogue et au partenariat lorsqu’il est question de projets sur le territoire attaché à sa communauté, nous trouvons inconcevable de ne pas avoir été informés et impliqués, surtout que le gouvernement du Québec est bien au fait des enjeux sur cette partie du territoire ancestral (Nitassinan) qui concernent également les Premières Nations d’Essipit et Pessamit, a mentionné par voie de communiqué, mercredi après-midi, le vice-chef Charles-Édouard Verreault.

Or, le projet pilote de protection de cette forêt vierge a été porté par la Nation huronne-wendat, dans la région de Québec. Depuis plus de trois ans, elle tentait de convaincre le gouvernement de protéger ce vaste massif forestier encore non touché par l'activité humaine. Parsemé de lacs, il est situé dans le Ya'nienhonhndeh, un territoire ancestral que revendique Wendake. Plus largement, il se trouve au coeur du Nionwentsïo.

Selon le site Internet de la Nation huronne-wendat, le Nionwentsïo, signifiant le "magnifique territoire" en huron-wendat, correspond plus précisément au territoire historique principalement fréquenté par la Nation huronne-wendat au cours des siècles suivant le contact avec les peuples européens.

Le Nitassinan, le territoire ancestral des Innus, et le Nionwentsïo ont de larges parts qui s'entrecoupent.

Même si les Innus de Mashteuiatsh ne s'opposent pas à ce projet d'aire protégée, ils estiment dommage de devoir rappeler leur existence. En vertu de nos droits et de notre titre ancestral sur Nitassinan, lequel comporte notamment le droit de déterminer l’utilisation des terres, nous exigeons que le gouvernement respecte son obligation constitutionnelle de consulter avant de prendre quelque décision que ce soit ayant des impacts sur notre territoire et la pratique de nos activités traditionnelles, a ajouté Charles-Édouard Verreault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !