•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les informations « compromettantes » sur le Dr Ngola dans aucun document officiel

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, devant des drapeaux, le 9 juin 2021.

Le premier ministre Blaine Higgs dit qu'il n'a en sa possession aucun document concernant l'affaire Ngola.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a précisé mercredi que les informations privées « potentiellement incriminantes » qu’il détient concernant le Dr Jean-Robert Ngola ne figurent dans aucun document officiel.

Lundi, Blaine Higgs a mis le médecin au défi, en lui demandant de l’autoriser à révéler des informations privées dans cette affaire.

Le Dr Jean-Robert Ngola était accusé d’avoir enfreint la Loi sur les mesures d'urgence du Nouveau-Brunswick, en lien avec des actions commises pendant la pandémie.

Un homme regarde la camera.

Le Dr Jean-Robert Ngola

Photo : CBC / Mia Sheldon

La Couronne a abandonné la poursuite contre le Dr Ngola il y a quelques jours, mais les commentaires du premier ministre soulèvent de nouvelles questions : que savait Blaine Higgs concernant le Dr Ngola? Et comment se fait-il que le premier ministre avait des informations que le procureur n'avait pas?

Higgs apporte des précisions

Blaine Higgs a expliqué, mercredi, qu’il a obtenu ces informations lors d’une réunion du comité multipartite du Cabinet sur la COVID-19. Il explique que la santé publique a partagé des informations sur les raisons de l’éclosion dans le Restigouche.

Le premier ministre précise que ces informations ont été partagées verbalement et qu’aucune note n’a été prise lors de cette rencontre.

Cela pourrait expliquer pourquoi le bureau du procureur général n’a pas été en mesure de mettre la main sur des notes écrites, des courriels, des messages textes ou des lettres provenant du bureau du premier ministre et qui aurait été envoyé à la GRC ou au Réseau de santé Vitalité en lien avec l’affaire Ngola.

Un souvenir fiable?

Lors d’une mêlée de presse avec des journalistes à Fredericton mercredi, le premier ministre a été appelé à commenter la fiabilité de sa mémoire, puisqu’il n’y a aucune trace écrite de ce qu’il avance.

Il soutient qu’il se souvient très bien de cet échange, puisqu’il est survenu au même moment que le premier décès lié à la COVID-19 dans la province.

Or, le premier décès lié à la COVID-19 a été signalé le 4 juin 2020, soit neuf jours après que le premier ministre ait tenu un point de presse, le 27 mai, lors duquel il a parlé accuse un travailleur de la santé d’avoir été irresponsable. Il parle alors du Dr Ngola, sans le nommer.

Pourquoi le procureur n'avait-il pas ces informations?

À l’Assemblée législative, l'opposition a martelé la même question mercredi : comment se fait-il que le premier ministre avait des informations que le procureur n'avait pas?

Le bureau du procureur a abandonné l'accusation contre le Dr  Ngola faute de preuves.

L’opposition se demande si des informations n’ont pas été partagées avec les avocats de la défense, quel était le rôle du premier ministre dans cette affaire et s’il y a eu ingérence. Blaine Higgs nie ces accusations et dit qu’il n’a aucun pouvoir sur le procureur.

Le premier ministre refuse toujours de dévoiler quelles sont ces informations possiblement compromettantes puisqu’il pourrait être accusé de bris de confidentialité.

Avec des informations de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !