•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux ontariens contents de venir en renfort au Manitoba

Le médecin portant des lunettes devant un hôpital.

Le Dr Wael Haddara, chef des soins intensifs au London Health Sciences Centre

Photo : Fournie par Wael Haddara

Radio-Canada

Des médecins de l’Ontario estiment qu'il est de leur devoir de venir en aide aux patients manitobains atteints de la COVID-19, au moment où les services de soins intensifs du Manitoba sont submergés par la troisième vague de la pandémie.

Nous sommes heureux d’être capables d'apporter notre aide. Nous prenons ce privilège au sérieux, affirme le chef du service des soins intensifs du London Health Sciences Centre, Wael Haddara.

Mais bien sûr, le fait d'avoir à faire cela pèse sur les gens. Comme vous pouvez l’imaginer, les familles sont inquiètes de voir leurs proches transférés à ces grandes distances, poursuit-il.

Des hôpitaux de 14 communautés en Ontario, dont Ottawa, Windsor, Sudbury et Thunder Bay, ont reçu des patients du Manitoba où les services de soins intensifs n’étaient pas suffisamment équipés pour faire face au volume des patients.

En tout, 51 patients ont été envoyés en Ontario, 2, en Saskatchewan, et 2, en Alberta, depuis le 18 mai.

Le Dr Haddara note que le personnel de son hôpital tient compte du fait que leurs patients habitent à 1500 kilomètres de là.

Nous sommes vraiment conscients que cette personne est venue de très loin et que la famille avec laquelle on doit parler fait face à cela, relève-t-il.

Plusieurs patients manitobains sont morts dans des hôpitaux en Ontario, loin de leurs proches. Les partis de l’opposition soutiennent que le gouvernement du Manitoba ne s’était pas préparé pour la troisième vague, ce qui aurait pu éviter de devoir envoyer des patients dans d’autres provinces.

Les hôpitaux ontariens sont bien équipés

Les hôpitaux ontariens étaient cependant bien équipés pour recevoir des patients. Plusieurs avaient accueilli des malades de la région de Toronto au plus haut de la troisième vague en Ontario.

Le Manitoba avait besoin de place, alors que l’Ontario se rétablissait de la troisième vague, dit le Dr Haddara. Le personnel de son hôpital n’a pas pu souffler longtemps entre les deux afflux de patients, ajoute-t-il.

La main gantée  d'un travailleur de la santé tient un dispositif médical contre le bras d'un patient.

Un travailleur de la santé effectue des tests médicaux sur un patient atteint de la COVID-19 dans une salle de réanimation au Centre des sciences de la santé de Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

C’était un peu décevant de ne pas en avoir fini avec la troisième vague. Heureusement, le nombre [de patients] est gérable, alors les gens tiennent le coup.

La ville de Woodstock, qui compte 40 000 habitants, dans le sud-ouest de l’Ontario, a aussi mis des places en soins intensifs à la disposition des patients manitobains.

Le directeur des soins intensifs et de la dialyse de l’Hôpital de Woodstock, Randy Hicks, dit que sa province est contente de venir en aide à la province voisine. L’établissement a reçu 10 patients d’autres régions de l’Ontario cette année, et 1, du Manitoba.

La douleur des proches, loin des malades, se voit sur les visages

M. Hicks reconnaît qu'il est difficile de soigner des patients d’une autre province. Il voit la douleur sur le visage des familles et dans leurs expressions pendant les appels vidéo leur permettant de voir leurs proches.

Qui voudrait quitter sa province pour recevoir des soins, quand on n’avait [pas le choix] de prendre cette décision? Je crois que c’est très difficile pour le patient et sa famille, qui reste au Manitoba, poursuit-il.

Le St Thomas Elgin General Hospital, situé dans la ville de Saint-Thomas, dans le sud de l'Ontario, compte trois Manitobains atteints de la COVID-19 dans son service de soins intensifs.

Le chef du personnel de l’Hôpital, le Dr Waleed Chehadi, assure que tous les patients reçoivent des soins du même calibre.

Si je rayais les lettres à côté de leur nom qui indiquent "Manitoba", je ne pourrais pas les différencier [des patients ontariens], fait-il valoir.

Il ajoute que les discussions avec les médecins manitobains et les familles des patients ont toutes été bonnes.

Je crois que tous les patients et leurs familles sont très, très contents d’être dans un hôpital qui offre des soins intensifs et ils en sont très reconnaissants.

Avec les informations d'Ian Froese

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !