•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau d'eau du lac Métis n'a jamais été aussi bas

Le béton du barrage du lac Métis est très abîmé.

Le niveau de l'eau n'a jamais été aussi bas, selon les propriétaires de la pourvoirie du lac Métis.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le niveau de l'eau du lac, qui a servi de réservoir aux centrales hydroélectriques Mitis 1 et Mitis 2, a baissé considérablement ce printemps en raison de travaux d'urgence effectués cet hiver sur le barrage par Hydro-Québec.

La baisse de l’eau est si importante que le barrage ne peut plus réguler le niveau du lac comme auparavant. Ce qu'on voit actuellement, c'est qu'on est dépendant des précipitations, observe Éric Gosselin, directeur général et vice-président, pourvoirie de la Seigneurie du lac Métis.

Le barrage a été construit en 1924 par la Price Brothers pour des activités de drave.

Il a été modifié en 1944. À l’endroit, où il y avait trois lacs, un grand lac de 26 km les a remplacés pour servir de réservoir aux centrales hydroélectriques Mitis 1 et Mitis 2. C'est sûr que ça pourrait devenir trois lacs comme c'était à l'origine, on parle de quantité potentielle de plusieurs hectares d'habitats qui pourraient être perturbés, estime M. Gosselin.

Les propriétaires de la pourvoirie estiment que la nature a trouvé un certain équilibre depuis l'établissement du barrage et de son grand réservoir.

Ils craignent que la baisse du niveau de l'eau ait des impacts sur les populations de poissons comme le touladi et l'omble de fontaine. La pourvoirie accueille bon an mal an 3000 pêcheurs attirés par ces deux espèces vedettes.

Le ministère de la Faune surveille la situation. Au cours des prochains mois, les biologistes du ministère vont documenter l'impact de la baisse du niveau d'eau, entre autres, sur les frayères qui sont les lieux où les poissons déposent leurs œufs.

L'analyse des truites mouchetées

Le ministère de la Faune documentera l'impact de la baisse du niveau d'eau sur les frayères. (photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

Pour le directeur de la direction de la gestion de la faune du Bas-Saint-Laurent au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Sébastien Ross, l’habitat créé par le barrage est en mutation. Le fait que le barrage est désuet et qu'il n'a plus la même capacité, on vient de changer la situation en termes d'habitat et c'est ça qu'on souhaite mieux comprendre et analyser.

Sébastien Ross assure toutefois que la population de poissons est en excellente santé, selon les suivis effectués régulièrement par le ministère.

La société d'État n'a pas encore statué sur l'avenir du barrage, mais pour les propriétaires de la pourvoirie, le temps presse. Ce n’est pas la première fois, disent-ils, que la société d’État abaisse le niveau d’eau du lac pour réduire la pression sur le barrage qui prend de l'âge.

Un quai sur le lac Métis.

Les quais devront être déplacés en raison de la baisse du niveau d'eau.

Photo : Radio-Canada

Cette année, toutefois, c’est du jamais vu. Là, on rentre vraiment dans la partie critique de nos opérations, dans la partie critique de l'habitat du poisson. On n'a jamais vécu ça des niveaux d'eau comme ça, commente Éric Gosselin.

En attendant, la pourvoirie devra s’ajuster. Il va falloir fermer des sections qui ne seront pas navigables, il faut aménager de nouveaux quais affirme Éric Gosselin.

Hydro-Québec dit suivre la situation de près.

La conseillère aux communications et à la collectivité pour Hydro-Québec, Ariane Doucet-Michaud, assure qu’Hydro-Québec entend mettre en œuvre un plan d’action et des mesures pour assurer que la pêche sportive soit maintenue.

D'après le reportage d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !