•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une course contre la montre vers Tokyo pour Philibert-Thiboutot

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

En pleine course contre la montre pour se qualifier pour les Jeux de Tokyo, Charles Philibert-Thiboutot a connu une « performance à oublier », mercredi, à son dernier 1500 m en Europe avant le retour à la maison. Le coureur de Québec jouera donc le tout pour le tout à Montréal, à la fin du mois.

Je suis vraiment déçu. C’était une mauvaise performance, a lancé sans détour Philibert-Thiboutot, le visage long, quelques heures après la course de 1500 m de la rencontre de Marseille.

Le peloton particulièrement rapide était pourtant de bon augure pour l’athlète de 30 ans qui cherchait à signer un chrono de 3:35,00, le standard olympique, pour obtenir son billet pour Tokyo. Sauf que les organisateurs avaient accepté un grand nombre de participants pour la compétition à quelques semaines de la date limite pour se qualifier pour les Jeux.

D’habitude, on est entre 12 et 15 coureurs. Là, on était 20, ce qui est vraiment trop, avec tous des records personnels entre 3:34 et 3:36. Donc tout le monde dans le peloton voulait être au même endroit et ça ne pouvait pas s’étirer.

Un départ fatal

Résultat, les coureurs qui ont réussi à prendre le devant du peloton en début de course ont tous signé de bons chronos, mais la situation s’est avérée plus complexe pour Philibert-Thiboutot.

Dès le début, je me suis fait brasser comme un pantin et je me suis retrouvé à l'arrière. Tout le long, j’ai couru dans le deuxième corridor donc je n’ai pas couru 1500 m, j’en ai peut-être couru 1520. J’ai reçu des coups et, pour couronner tout ça, j’ai fait un dernier 100 m exécrable.

Jean-Simon Desgagnés et Charles Philibert-Thiboutot courent sur le campus de l'université Laval.

Charles Philibert-Thiboutot (à droite) et son partenaire d'entraînement Jean-Simon Desgagnés, en 2020, lors d'une course sur route de 5 kilomètres, à Québec.

Photo : Rouge et Or / Louis Charland

Le demi-fondeur québécois a finalement traversé la ligne d’arrivée en 3:36.74, un chrono similaire à ceux qu’il avait signés à Prague, lundi, et à Montreuil, la semaine précédente.

Je pense que ça ne ment pas. Il me manque un peu de peaufinage pour aller chercher le niveau supérieur, surtout après les 12 jours d’entraînement que j’ai perdus au mois de mai, a analysé l’ex-Rouge et Or, ne cachant pas sa déception. Il espérait revenir de France qualifié pour ses deuxièmes Jeux olympiques.

Le tout pour le tout à Montréal

Il faut toutefois rappeler que Charles Philibert-Thiboutot ne débarquait pas en Europe au sommet de sa forme. Blessé au tendon d’Achilles et au pied par le cramponnage d’un adversaire, début mai, en Oregon, il s’est promené un peu partout aux États-Unis pour des traitements et une réhabilitation express avant de traverser l'Atlantique.

C’était prendre une chance. Je ne peux pas dire que j’étais prêt à 100 % pour ces courses-là, mais il fallait le faire parce qu’on a des échéanciers pour se qualifier.

Son rêve olympique n’est pas mort, assure le spécialiste du 1500 m, mais il n’a maintenant plus de marge de manœuvre, la période de sélection pour Tokyo se terminant le 29 juin. Il rentre maintenant au Québec où il devra respecter une quarantaine avant ses deux dernières chances de réussir le standard olympique : les essais olympiques de Montréal, du 24 au 27 juin, et la Classique d’athlétisme de Montréal, le 29 juin.

Il aura besoin de son meilleur chrono en compétition depuis 2016, mais s’il parvient à courir 3:35.00, il sera des Jeux olympiques. Tant au niveau physique qu’émotionnel, ça va faire du bien de revenir à la maison. Il ne m’en manque vraiment pas gros pour faire le standard.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !