•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camps pour enfants handicapés relancent partiellement leurs activités

Des dizaines de campeurs sont attendus cet été au camp Papillon dans Lanaudière. Pour la première fois depuis 1938, les activités ont été suspendues l’an passé en raison de la COVID-19. Elles reprennent en partie cette année et les familles choisies sont soulagées.

Sur son vélo, avec le lac en arrière-plan

Emy-Rose Jérôme

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

C’était jour de corvée samedi dernier au camp Papillon sur le bord du Lac Pierre.

Soixante-quinze travailleurs de la construction s’affairaient à retaper plusieurs des 70 bâtiments du camp, fermé depuis un an.

Des toits vont être refaits, des balcons, la chambre froide va être remplacée [...] pour remettre tout beau le camp pour l'arrivée des campeurs, explique Suzie Guérin, directrice générale de la fondation Papillon.

Christian Arbour, entrepreneur en construction, mobilise plusieurs compagnies de Lanaudière pour effectuer ces travaux.

Tous les employés, le personnel, les sous-traitants, tout est gratuit.

Une citation de :Christian Arbour, président des entreprises du même nom
Un ouvrier s'affaire sur un toit en arrière-plan

L'entrepreneur Christian Arbour

Photo : Radio-Canada

On n’a pas besoin de leur tordre un bras, rajoute-t-il, parlant des professionnels de la construction qui donnent de leur temps.

Une reprise partielle

Comme bien d’autres, ce camp spécialisé pour les jeunes ayant un handicap physique ou intellectuel reprendra ses activités graduellement cet été.

On est à environ 20 % de la normale, donc c'est peu, mais c’est la façon de respecter les mesures mises en place pour l'hygiène et la protection contre le COVID-19, précise Suzy Guérin.

Elle affiche un large sourire

Suzie Guérin, directrice générale de la fondation Papillon

Photo : Radio-Canada

Les séjours seront écourtés à sept nuits et seuls les campeurs classés autonomes et semi-autonomes peuvent s’inscrire.

Le jeune Nathan était ravi de retourner au camp. Je suis très content de revenir, dit-il. On fait du ski nautique sur l'eau et on fait de la tyrolienne.

Sa mère, Stéphanie Renaud Beaudin, ne cache pas qu’il s’agit d’une pause bienvenue après une année de pandémie exigeante. Ça donne une semaine de répit où on peut relaxer, faire autre chose, ne pas penser aux soins ni aux transferts, penser un peu plus à nous, affirme-t-elle.

Sur son fauteuil roulant, le lac en arrière-plan

Le jeune Nathan au camp papillon

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Quand il revient on est plus ressourcé, on est plus patient.

Une citation de :Stéphanie Renaud Beaudin

Même son de cloche chez Valérie Larouche, dont la fille Camille fréquente le camp Papillon depuis plus de 10 ans.

C'est pour nous et pour elle une certaine normalité. Camille n'est pas invitée à jouer avec des amis. Elle n’a pas vraiment d'amis à elle. Mais ici, dit-elle, elle retrouve sa gang de chums. Elle retrouve ses amis, qui lui ressemblent et qui ont hâte de la voir.

Cette année, la fondation Benny et compagnie va couvrir les frais de séjour des campeurs.

Tous les enfants qu'on peut aider, c'est vraiment la plus belle des causes du monde, souligne le président de la fondation, Yves Benny.

Bien droit, le lac en arrière-plan

Yves Benny, président de la fondation Benny et compagnie

Photo : Radio-Canada

Six millions de dollars en attente

Par ailleurs, Radio-Canada a appris que l’Association des camps du Québec (ACQ) poursuit ses démarches auprès de la ministre déléguée à l'Éducation Isabelle Charest afin d’obtenir une aide financière de six millions de dollars pour permettre aux camps de vacances de mettre en place les différentes mesures sanitaires et procéder à l'embauche du personnel nécessaire à leur fonctionnement.

Cette aide gouvernementale est extrêmement importante, rappelle depuis un mois Éric Beauchemin, directeur général de l'ACQ.

Une rencontre est prévue vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !