•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ligne Micoua-Saguenay coûtera 25 % plus cher

Des travailleurs montent des pylônes.

Hydro-Québec évoque la crise sanitaire pour la hausse des coûts.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Le projet Micoua-Saguenay, qui vise l’implantation d’une ligne hydroélectrique de 735 kilovolts (kV) par Hydro-Québec pour relier la Côte-Nord et le Saguenay, coûtera 25 % plus cher que prévu.

Hydro-Québec évoque la crise sanitaire, la hausse du prix des matériaux et le manque de main-d’œuvre pour justifier la hausse du coût global du projet, lequel passera de 792 millions de dollars à 1 milliard de dollars.

Cet écart s’explique principalement par une surchauffe du marché de la construction entraînant une forte inflation des coûts des travaux, par le fait que le terrain est plus accidenté qu’anticipé et par l’application de mesures particulières pour assurer la sécurité des travailleurs. Comme elle le fait pour tous ses projets, Hydro-Québec s’adapte à la situation en mettant des mesures en place afin de limiter la hausse des coûts, notamment en travaillant de concert avec les fournisseurs, peut-on lire dans le communiqué qui sera publié sur le site Internet de la société d'État au cours des prochaines heures.

En entrevue à Radio-Canada, la porte-parole d'Hydro-Québec, Marie-Claude Lachance, a indiqué que l'explosion des coûts s'explique aussi par des mesures de sécurité accrues que l'entreprise doit mettre en place pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs qui œuvrent sur le tracé.

On est dans un secteur très accidenté, ce qui fait en sorte qu’il faut mettre plusieurs mesures en place côté santé et sécurité de nos travailleurs. Quand on fixe les coûts du projet, on parle des coûts fixés en avant-projet. Oui, on a une idée du terrain, on s’est rendu, on est allé voir, mais quand on arrive sur le terrain même, souvent, on s’aperçoit d’obstacles différents et de mesures différentes qui doivent être prises. C’est un terrain très accidenté. Aussi, quand on creuse, on s’aperçoit de certaines choses, dit Marie-Claude Lachance.

Les travaux de déboisement visant l’implantation du tracé de 262 kilomètres reliant Saguenay (arrondissement de Jonquière) à Baie-Comeau, déjà amorcés, vont bon train, assure la société d’État. Le processus d’appel d’offres pour l’attribution des contrats de construction est terminé et l’implantation de la ligne aura lieu au cours des prochains mois.

La capacité d’adaptation de tous, qui est sollicitée plus que jamais, permet de maintenir la cible de mise en service de cette ligne à la fin de 2022 et d’assurer la robustesse de notre réseau de transport, fait valoir la cheffe de projets chez Hydro-Québec, Annie Rousseau, dans le communiqué de presse.

Marie-Claude Lachance ne peut dire si la situation aura un impact sur les contrats déjà accordés dans le cadre de ce projet titanesque.

Oui, les contrats sont donnés, les prix sont fixés. Par contre, on n’est pas à l’abri de l’inflation du marché.

Une citation de :Marie-Claude Lachance, porte-parole, Hydro-Québec

L'échéancier demeure pour l'instant inchangé et Hydro-Québec prévoit la mise en service de la ligne Micoua-Saguenay à la fin de 2022.

Avec Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !