•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands événements attendent encore des précisions de directives de Québec

Deux joueurs se préparent à la mise au jeu.

L'organisation du Tournoi Fer-O de Sept-Îles attend toujours quelques précisions de Québec pour officialiser ou non la tenue de son événement en janvier. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Avec l'amélioration des bilans sanitaires au Québec, l'espoir a gagné les organisateurs de grands événements sportifs et culturels dans l'Est-du-Québec. La plupart pensent qu'ils pourront présenter des spectacles ou des compétitions, mais certaines zones d'ombre restent encore à être éclaircies par Québec.

Des organisations comme celle des Grandes Fêtes Telus de Rimouski présentent leur programmation pour l'été prochain, mais d'autres attendent encore avant d'officialiser la tenue de leur événement.

C'est le cas du Marathon de Rimouski. Son coordonnateur, Sébastien Bolduc, dit que des détails restent à être réglés avant de pouvoir confirmer la tenue de l'événement sportif.

Ça semble possible, mais ce n'est pas encore confirmé.

Une citation de :Sébastien Bolduc, coordonnateur du Marathon de Rimouski

Les organisateurs du Marathon de Rimouski ont tout de même bon espoir de pouvoir présenter l'événement en septembre prochain, mais il sera de moindre envergure que ceux des années passées.

Sébastien Bolduc indique que plusieurs scénarios sont étudiés en raison du contexte sanitaire.

L'un d'eux est la présentation d'un événement avec environ 1200 coureurs plutôt qu'entre 3000 et 4000 participants comme dans les dernières années.

Dans ces circonstances, seules les courses de 10, 21 et 42 kilomètres seraient présentées.

Des coureurs au Marathon de Rimouski en 2016.

Le Marathon de Rimouski pourrait se tenir cette année, mais avec un nombre restreint de participants. (archives)

Photo : Radio-Canada

Le coordonnateur du Marathon soutient que l'un des plus gros défis que posent les contraintes sanitaires est l'organisation du départ et, surtout, de l'arrivée des coureurs qui se fait en un seul endroit qui attire souvent beaucoup de curieux.

Comme pour les événements culturels, Sébastien Bolduc explique qu'un maximum de 2500 personnes, séparé en cohorte de 250, peuvent participer à un événement sportif.

Il ignore encore si les spectateurs du marathon feraient partie de ce calcul.

Le Marathon de Rimouski avait été annulé l'an dernier en raison de la pandémie.

Les finances au cœur des préoccupations des organisations

Sébastien Bolduc explique que cette incertitude par rapport aux règles qui encadreront les grands événements dans les mois à venir a un impact sur les finances du Marathon.

Si on a 1200 participants plutôt que 3000 ou 4000, les revenus sont moindres. Et cela fait partie du casse-tête parce que dans sa forme actuelle, le Marathon de Rimouski a besoin d'à peu près 3000 participants pour présenter un budget équilibré, précise-t-il.

Si on a 1200 [coureurs], on s'enligne sur un désastre financier.

Une citation de :Sébastien Bolduc, coordonnateur du Marathon de Rimouski

Le comité organisateur réfléchit donc à des mesures qui pourraient être prises pour équilibrer le budget avec un nombre moindre de participants.

Si on réussit à équilibrer un tel budget, eh bien, ce sera un incitatif de plus pour aller de l'avant, conclut-il.

Des spectateurs dans les gradins d'un aréna de Sept-Îles.

Sans spectateurs, le Tournoi Fer-O ne pourrait pas être tenu. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Sur la Côte-Nord, les organisateurs du Tournoi Fer-O, qui accueille normalement 70 équipes de hockey junior chaque année, rencontrent des défis similaires.

Le président adjoint pour l'Association de hockey mineur de Sept-Îles, Steve Lebel, explique que les spectateurs doivent pouvoir être admis dans les arénas pour que le tournoi soit viable financièrement.

Il poursuit en expliquant que le coût d'inscription des équipes ne permet pas aux organisateurs d'assumer les coûts de l'organisation du tournoi.

Ce sont plutôt les frais d'entrée chargés aux spectateurs pour assister aux parties qui assurent un revenu à l'organisation.

En espérant que les mesures sanitaires soient assouplies pour qu'on ait plus de [spectateurs].

Une citation de :Steve Lebel, président adjoint pour l'Association de hockey mineur de Sept-Îles

Steve Lebel souhaite que les deux arénas qui servent au tournoi puissent être remplis de spectateurs à leur au maximum.

En janvier 2020, plus de 8000 spectateurs avaient assisté aux matchs du Tournoi Fer-O.

Le tournoi présente normalement 200 parties.

Selon lui, le comité organisateur doit commencer à préparer le tournoi dès septembre pour que l'événement soit prêt à être tenu en janvier.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !