•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Éoliennes Belle-Rivière sera en service en octobre

Une imposante grue

La grue a nécessité une semaine d'assemblage.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Au cours des deux prochains mois, des convois lourds se dirigeront vers des terres privées de Saint-Bruno et d’Hébertville-Station, où se concrétisera enfin le projet Éoliennes Belle-Rivière, évalué à 70 millions de dollars.

Le parcours s’est avéré long et sinueux avant que l’initiative visant l’implantation de six éoliennes au Lac-Saint-Jean puisse voir le jour, au terme de 15 années de démarches. La mise en service du parc d’une puissance totale de 24 mégawatts est prévue pour octobre

C'est un long combat! Il a fallu se battre, pour trouver notre place , a confirmé Rémy Boulianne, président de la coopérative Val-Éo. Éoliennes Belle-Rivière est le fruit d’une alliance entre la Coopérative Val-Éo et Algonquin Power.

Lors d’une visite de chantier réalisée mercredi, la directrice de construction chez Éoliennes Belle-Rivière, Suzanne Larouche, a indiqué qu’une semaine de montage a été nécessaire pour assembler une immense grue qui donne l’impression de crever le ciel. Ce détail met toute l’ampleur de ce chantier colossal en perspective. La grue permettra d’assembler les éoliennes.

Des composantes vont arriver par bateau de l'Europe et devraient arriver d'ici vendredi, s'il n'y a pas de délais. Ça arrive à Grande-Anse. On va continuer comme ça pendant six à huit semaines , a fait savoir Suzanne Larouche.

Le président Rémy Boulianne sur le chantier d Val-Éo.

Le président de la Coopérative Val-Éo, Rémy Boulianne visitait le chantier pour la première fois.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Une soixantaine de travailleurs sont à pied d’œuvre. Ce nombre pourrait grimper à 70, dit la directrice de construction.

Une première base arrivée

La base de la première éolienne est arrivée en début de semaine. Chacune est constituée de six sections qui rapetissent, plus l’assemblage se rapproche du sommet. Ensuite, ce sera la nacelle, qui servira à attacher les trois pales.

Les travaux des deux dernières années ont mené à la construction des chemins d'accès et à l’implantation des fondations des éoliennes. Une tour de mesure des vents et une sous-station électrique ont aussi été aménagées.

Le réseau collecteur, qui est sous terre, va se relier à cette sous-station, va amener l'énergie qui, elle, va être transférée dans la sous-station où il y a le transfert vers Hydro-Québec , résume Suzanne Larouche.

Les promoteurs prévoient des retombées annuelles initiales de 500 000 $. Ce montant devrait augmenter au fur et à mesure que les équipements seront payés.

Sachant que l’avenir se trouve dans les énergies vertes, Rémy Boulianne demeure à l’affut d’appel d’offres de blocs énergétiques de la part du gouvernement. Avant même que le parc éolien ne soit complété, le président de la coop envisage déjà des agrandissements.

On a de la place pour entre 25 et 50 éoliennes de plus sur le territoire. Notre territoire le permet. Les éoliennes vont être développées d'ici quelques années parce qu'il va y avoir un manque d'énergie. Ils veulent se développer dans l'énergie verte, le plus possible. Le gouvernement a annoncé qu'il allait ouvrir de nouveaux contrats de parc éolien, conclut Rémy Boulianne.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !