•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible attaque à caractère homophobe à Toronto : le Rouge et Noir suspend un joueur

Le centre-ville de Toronto avec des dizaines de gratte-ciels illuminés à la tombée du jour vu d'une table de pique-nique d'une île sur le lac Ontario.

La police de Toronto enquête sur une possible agression à caractère homophobe survenue à Hanlan's Point. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Le Rouge et Noir d'Ottawa, dans la Ligue canadienne de football (LCF), a confirmé mercredi en soirée avoir suspendu l'ailier défensif Chris Larsen.

L'équipe en a fait l'annonce par voie de communiqué.

L’unité des crimes haineux de la police de Toronto enquête sur une possible agression violente qui serait survenue tard samedi soir au quai du traversier de Hanlan’s Point. Aucune accusation n'a encore été portée envers M. Larsen.

La diversité et l'inclusion sont au cœur de nos valeurs organisationnelles et nous ferons de notre mieux pour utiliser notre plateforme afin de contribuer à faire cesser les actes de haine et de violence, y compris l'homophobie. Nous reconnaissons qu'il existe des problèmes systémiques plus larges qui gangrènent notre société, et en tant qu'organisation, nous savons que nous pouvons jouer un rôle pour faire de notre communauté un lieu plus tolérant, respectueux, éduqué et inclusif, peut-on lire dans le communiqué.

Nous sommes particulièrement désolés pour le traumatisme causé à la communauté 2SLGBTQ+

Une citation de :Communiqué officiel du Rouge et Noir

Selon la police, un homme de 24 ans a été violemment battu par deux suspects vers 23 h 30 à Toronto. L’un des hommes lui aurait aussi lancé des insultes homophobes avant de le bousculer et lui donner des coups de poing et des coups de pied, selon le communiqué de la police.

Dans une déclaration publiée en soirée, la Ligue canadienne de football a affirmé qu’elle prenait elle aussi ces allégations au sérieux et demeurait attentive à ce qui suivrait. Entretemps, nous voulons réaffirmer nos valeurs : nous condamnons l’homophobie, la violence et la haine, a soutenu la Ligue. Nous soutenons l’inclusivité et la diversité.

David Gomez, la présumée victime, a partagé son expérience sur les médias sociaux, au lendemain de l’altercation, disant que ses agresseurs l'avaient pratiquement laissé pour mort. Le jeune homme disait souffrir de blessures à la hanche et au dos, d'un nez cassé, de fractures au visage et d’une dent brisée à cause de ces inconnus.

Une large ecchymose au dos.

Une large ecchymose au dos de la présumée victime.

Photo : Photo fournie

Il a refusé notre demande d’entrevue, mais a accepté que Radio-Canada partage son nom et son témoignage publié en ligne.

L’essentiel, c’est que je suis okay et je m’en remets doucement, a-t-il écrit, pour rassurer ses amis et ses proches.

Une campagne de sociofinancement a été lancée pour David Gomez, amassant près de 30 000 $ en quelques jours seulement.

La police recherche trois suspects

Les enquêteurs sont à la recherche de témoins, de vidéos et d’autres éléments de preuve pour mieux comprendre ce qui s’est produit et les motifs de ce crime.

Mercredi, la police a donné des descriptions de trois suspects dans cette affaire :

  • un homme noir musclé (1,93 m) avec des dreadlocks, âgé entre 25 et 32 ans

  • un homme blanc mince (1,68 m), qui avait possiblement des dreadlocks

  • une femme blanche dans sa vingtaine (1,65 m) avec de longs cheveux blonds

Des internautes ont cru reconnaître un joueur du Rouge et Noir d'Ottawa, de la Ligue canadienne de football grâce à des photos qui circulent en ligne. Aucune accusation n'a cependant été déposée dans cette affaire pour le moment.

Arnaud Baudry, directeur général de l’organisme FrancoQueer, se dit profondément attristé qu’une attaque possiblement à caractère homophobe soit survenue à Hanlan’s Point, un petit havre prisé par la communauté gaie de Toronto.

Quel que soit le lieu, c’est inacceptable. Mais le fait que ça se soit produit à Hanlan’s Point, c’est vraiment un signe que même ces espaces qui sont fréquentés par la communauté LGBTQ ne sont pas sécuritaires.

Une citation de :Arnaud Baudry, directeur général de FrancoQueer

C’est du dégoût et de la tristesse. Je crois que beaucoup de personnes de la communauté sont vraiment affectées. Ça contribue à augmenter ce sentiment d’insécurité, ajoute-t-il.

Arnaud Baudry.

Arnaud Baudry de l'organisme FrancoQueer dénonce vertement la violence survenue aux Îles de Toronto, la fin de semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Dans une déclaration publiée mercredi, Pride Toronto a affirmé que ce genre d’attaques souligne l’importance de sensibiliser à l’homophobie, à la transphobie et à la biphobie dans la Ville Reine.

C’est déchirant que ça se soit produit durant le mois de la Fierté. Une attaque sur l’un est une attaque sur nous tous.

Le maire de Toronto troublé

Je suis très troublé par la série d'événements auxquels nous assistons depuis quelques semaines et qui mettent en scène des actes de haine et des discours haineux. La police de Toronto a confirmé qu'elle enquêtait sur une agression aggravée sur l'île de Toronto samedi dernier, avec l'aide de l'unité des crimes haineux, a déclaré le maire de Toronto, John Tory, par communiqué mercredi après-midi.

Selon la police, des propos homophobes ont été tenus avant que la victime ne reçoive des coups de poing et de pied lui causant des blessures importantes, peut-on lire dans le communiqué.

M. Tory ajoute que l'agression d'un résident est inacceptable, tout comme l'utilisation d'un langage homophobe envers un résident ou toute violence motivée par la haine. L'homophobie n'a absolument pas sa place dans notre ville. Il est temps de dire une fois de plus un "non" catégorique à cette violence haineuse.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.