•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de vaccination mobiles s'accentuent en Estrie

Une femme attend d'être vaccinée devant un autobus

Un autobus offre des services de vaccination et de l'information dans des parcs de Sherbrooke pour joindre les jeunes adultes.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Radio-Canada

La santé publique lance de nouvelles stratégies de promotion de la vaccination pour tenter de joindre des groupes plus difficiles à atteindre. « On voit que la formule d'attendre que les gens prennent rendez-vous pour venir dans nos centres de vaccination est en train de s'essouffler », admet le directeur de la vaccination en Estrie, Jean Delisle.

Jusqu'à présent, un peu plus de 66 % des Estriens ont reçu une première dose de vaccin, et 7,7 % sont complètement immunisés.

Jean Delisle explique que différentes analyses ont permis de déterminer qui étaient les groupes les plus récalcitrants à se faire vacciner, et quelles seraient les meilleures méthodes pour tenter de les joindre.

Nous avons fait une évaluation de la couverture vaccinale par lieu, par âge, et nous avons identité des lieux où il y avait moins de couvertures vaccinales, soutient-il.

On vise d'abord des populations où on voit une moins grande concentration de gens vaccinés.

Une citation de :Jean Delisle, directeur de la vaccination en Estrie

L'autobus est une solution qui a été proposée pour joindre les jeunes adultes. Celui-ci se trouvait à la plage Blanchard de Sherbrooke, mercredi, et sera au parc Jacques-Cartier, vendredi prochain, de 12 h à 15 h. Ces endroits ont été choisi car on y trouve une concentration de jeunes adultes, qui sont là pour le loisir ou le sport.

Une soixantaine de doses étaient disponibles, mercredi, pour vacciner ceux qui étaient enclins à le recevoir sur le champ. Mais l'objectif n'est pas de systématiquement vacciner, souligne Jean Delisle.

Il y aura aussi une brigade pour répondre aux questions [...] C'est un mélange d'exposer, donner de l'information. Il y a le bus où on peut vous donner un rendez-vous, explique-t-il.

Un autre centre de vaccination éphémère verra le jour, samedi, à l'École internationale du Phare de Sherbrooke. Le gymnase sera transformé en lieu de vaccination pour l'occasion. Cette fois-ci, des coupons seront distribués dès 9 h et toute la communauté est visée. Jean Delisle explique que ce sont des travailleurs oeuvrant auprès des clientèles immigrantes qui ont suggéré de trouver une alternative à la prise de rendez-vous par Internet.

On nous a dit d'aller plus près des populations qui ont des difficultés avec la langue, la complexité des systèmes, le transport, soutient-il, ajoutant qu'il s'agit d'une solution qui pourrait être répliquée.

À l'extérieur de Sherbrooke, des équipes mobiles se rendront également dans des écoles primaires où le centre de vaccination se situe à plus de 20 km. Selon Jean Delisle, ce sont généralement de 10 à 20 élèves de 6e année à vacciner par école, et une école devient un point de chute pour deux ou trois autres.

À l'extérieur de Sherbrooke, 50 % de ces élèves seront vaccinés par ces équipes mobiles, affirme Jean Delisle.

Des changements à la gestion des cas et des contacts

Depuis mercredi, la santé publique a modifié sa façon de déterminer si un possible cas ou une personne ayant été en contact avec une personne contaminée doit s'isoler.

Bien qu'il s'agit d'une évaluation cas par cas, le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique de l'Estrie, explique que les enquêtes ont été modifiées, et incluent désormais des questions sur la vaccination.

On peut comprendre que quelqu'un qui aurait eu ses deux doses, ou aurait fait la maladie et reçu une dose de vaccin, sera adéquatement protégé et n'aura pas à s'isoler.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS précise que les nouvelles mesures liées à la gestion des cas et contacts ne s'appliquent pas aux jeunes des milieux scolaires et de garde pour l'instant. Pour le personnel de ces milieux, une évaluation sera faite selon les cas individuels à partir de demain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !