•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau différend entre la Municipalité et des citoyens de Saint-Élie-de-Caxton

Façade de l'hôtel de ville avec un drapeau de Saint-Élie-de-Caxton.

La Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton compte près de 2000 résidents.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Radio-Canada

Devant la menace de la tenue d’un référendum, la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton a décidé de retirer deux projets de règlement d’emprunt totalisant 500 000 dollars. Les emprunts contestés par des citoyens devaient servir à l’achat d’équipements de loisir, de véhicules et de machinerie.

Des Caxtoniens jugeaient que les projets d’emprunt n’étaient pas suffisamment détaillés. Il n’y avait pas de clarté sur ce qu’on voulait avec cet argent-là, dès le départ. Il a fallu leur tirer les verres du nez et ça a instauré un climat de méfiance , affirme Pier-Olivier Boudreau.

Ils ont donc entamé les démarches pour tenir un scrutin référendaire sur la question. Ils avaient obtenu le nombre nécessaire de signatures pour tenir un vote populaire, soit environ 200, ce qui représente 12 % des électeurs.

Une conseillère municipale, Gina Lemire, avait même signé le document en appui à ces résidents. Les citoyens n’ont pas confiance, constate-t-elle.

Avant même que le référendum puisse avoir lieu, la Municipalité a choisi de retirer ces projets de règlement. Le fait que la Municipalité ne veuille pas aller en référendum, c’est que, je pense, il y a une crainte que la population se prononce, ajoute M. Bourdeau, qui est aussi en opposition avec le maire au sujet du projet de Parc nature et culture.

Pier-Olivier debout, dehors à Saint-Élie-de-Caxton.

Pier-Olivier Boudreault a lancé, avec d'autres résidents, une pétition pour imposer un moratoire sur la construction d'un préau dans le cadre du projet de Parc nature et culture à Saint-Élie-de-Caxton.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, trouve que ce scrutin aurait coûté trop cher à la Municipalité et aurait surchargé les employés municipaux à quelques mois des élections.

88 % de la population qui n’a pas signé [la demande de référendum], souligne le maire. J’ai rencontré des gens du 88 % qui me disent : "Robert, c’est bon, il faut aller de l’avant, il faut avoir une vision d’avenir".

Dans un communiqué, la Municipalité indique que l’emprunt de 500 000 $ devait servir à la complétion de son parc de planches à roulettes, à l’acquisition de nouveaux modules de jeux et d’hébertisme, en plus de l’achat d’une pelle mécanique avec remorque, une fourgonnette atelier ainsi qu’une camionnette.

Une dalle de béton avec des obstacles dessus.

Le parc de planches à roulettes à Saint-Élie-de-Caxton

Photo : Radio-Canada

Le maire défend la pertinence des projets qui auraient été financés grâce à ces emprunts. Selon lui, ils auraient permis de répondre à des besoins et aux demandes de citoyens.

Les gens disent : "la Municipalité ne nous entend pas", mais la piste d’hébertisme, [par exemple], ce sont de jeunes parents du comité aviseur qui nous ont fait cette demande-là, l’idée vient d’eux autres et nous, on met tout en place tout ce qu’il faut pour des ressources, comme énergie pour aller chercher les subventions et ce n’est pas facile, soutient-il.

Robert Gauthier devant l'église à Saint-Élie-de-Caxton.

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, soutient que les emprunts totalisant un demi million de dollars auraient répondu aux besoins de la population.

Photo : Radio-Canada

Robert Gauthier compte essayer de trouver de nouvelles sources de financement à l’automne pour réaliser les projets.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !