•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une passion pour la cornemuse à 4 ans

Frankie Whelan, en habit écossais traditionnel complet, kilt et bonnet de plumes compris, joue de la cornemuse.

Frankie Whelan, 4 ans, a découvert la cornemuse par hasard mais ne se sépare plus de son instrument aujourd'hui.

Photo : Radio-Canada / Simon Gohier

Simon Gohier

Dès qu’il a entendu les notes aiguës de la cornemuse, Frankie Whelan, 4 ans, a su qu’il voulait en jouer, même si la pratique de cet instrument écossais représente quelques défis quand on est enfant.

Le jeune Frankie a fait la découverte de cet instrument lorsque le joueur de cornemuse Frank Wimberley, surnommé Pink Pied Piper, défilait dans les rues, près de chez lui, à North Vancouver.

Pink Pied Piper a commencé à jouer de la cornemuse à North Vancouver pour prendre part au tintamarre de 19 h au printemps 2020, une initiative lancée en pleine pandémie par une résidente du quartier du West End, l’autre côté de la rive, à Vancouver, pour applaudir et encourager les travailleurs de la santé.

Les deux musiciens jouent dans la rue, à North Vancouver.

Le petit garçon et son compagnon de route, Frank Wimberley, surnommé Pink Pied Piper, jouent de la cornemuse pour le plus grand plaisir de leurs habitués.

Photo : Radio-Canada / Simon Gohier

Frankie, alors muni seulement de son bâton de hockey, mimait déjà le doigté du musicien qui défilait dans son quartier. Il a demandé à ses parents d’accompagner son nouveau héros lors de ses sorties musicales les vendredis soirs. C’est ainsi que la paire hors du commun a commencé à inspirer les sourires le long de la rue Lonsdale, à North Vancouver.

L’enfant a demandé à ses parents s’il pouvait lui aussi commencer à jouer de cet instrument.

Les deux musiciens jouent dans la rue, à North Vancouver.

Il était si déterminé que ses parents n’ont pas hésité à lui fournir tout l’équipement nécessaire. Non seulement Frankie a maintenant sa propre cornemuse, il est aussi vêtu d’un habit écossais traditionnel complet, kilt et bonnet de plumes compris.

La nouvelle tradition a fait du duo un attrait hors du commun qui réjouit toujours autant les habitués que ceux qui les découvrent pour la première fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !