•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des salons de coiffure mis à l’amende pour avoir défié les règles sanitaires

Une coiffeuse coupe les cheveux d'une femme.

Des salons de coiffure protestent l'interdiction de rouvrir en Ontario.

Photo : AP / Manu Fernandez

Radio-Canada

Cinq salons de coiffure de Thunder Bay ont tenté d’ouvrir leurs portes la semaine dernière en dépit des restrictions sanitaires provinciales.

Trois d'entre eux, qui ont rouvert pour une deuxième journée consécutive, ont reçu des amendes et des ordonnances de fermeture de la part des autorités sanitaires.

Nous soutenons les commerces locaux et nous n’avons aucun désir de les punir , indique un porte-parole du Bureau de santé publique de Thunder Bay par courriel.

En même temps, tout le monde doit respecter la loi et continuer à se serrer les coudes pour mettre fin à la pandémie. Des progrès considérables ont été accomplis quant au contrôle de la COVID-19, à la vaccination de la population, et on exhorte tout le monde à poursuivre ces efforts , poursuit-il.

La première phase du plan de réouverture de l'Ontario débute vendredi, mais les salons de coiffure et autres établissements de soins personnels ne sont pas autorisés à rouvrir avant la deuxième phase. Cette étape ne devrait pas commencer avant juillet, soit au moins 21 jours après le début de la première phase.

Des ballons rouges comme symbole de contestation

Depuis quelques semaines, des salons de coiffure de Thunder Bay attachent des ballons rouges à leur porte d’entrée. Il s'agit d'un signe d'opposition à la décision de la province de maintenir le secteur fermé.

Nous sommes une grande communauté, une grande industrie, et c'est presque comme s'ils nous avaient laissés de côté , dit Adrian Minnella, copropriétaire du salon de coiffure Trenz Hair Studio.

La seule chose que nous pouvons faire est de vendre du shampoing, de l'après-shampoing et des choses comme ça avec la cueillette sur le trottoir. On ne va pas s'en sortir en vendant quelques produits capillaires par semaine, conclut-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !