•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une usine d’hydrogène verra le jour à Edmonton

Photo aérienne d'Edmonton par une journée ensoleillée de juin.

L'entreprise Air Products construira son usine à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / David Bajer

Les gouvernements fédéral et albertain s’associent à l’entreprise américaine Air Products pour construire une usine de production d’hydrogène dans la région d’Edmonton.

Le complexe industriel estimé à 1,3 milliard de dollars extraira le gaz H2 du gaz naturel tout en séquestrant le dioxyde de carbone émis lors du processus. La production de cet hydrogène bleu devrait commencer en 2024. 

Le gouvernement provincial fournira 15 millions de dollars par le biais de son Fonds de réduction des émissions. D’autres incitatifs financiers pourraient être donnés par la suite. 

Ottawa a pour sa part signé un protocole d’accord avec l’entreprise, mais le ministre de l’Innovation, François-Philippe Champagne, n’a pas voulu préciser si un investissement financier accompagnerait cette entente. 

Edmonton, capitale de l’hydrogène

Ce projet va faire de la capitale de l’Alberta le centre canadien de l’économie de l’hydrogène, s’est félicité le premier ministre albertain, Jason Kenney. 

La région industrielle d’Edmonton poursuit depuis plusieurs mois une stratégie pour devenir le centre nerveux de la production d’hydrogène au Canada. Le gaz y est déjà utilisé comme matière première pour les usines de pétrochimie et de raffinage de pétrole.

Un complexe industriel en construction

La région industrielle Heartland, au nord d'Edmonton, abrite des entreprises spécialisées en pétrochimie et hydrocarbures.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

La région est également déjà reliée à un site d’enfouissement du CO2 par le biais d’un pipeline appeléCarbon Trunk Line.

Air Products utiliserait cette canalisation pour séquestrer 95 % du carbone produit dans son complexe. Une centrale à l’hydrogène produira de l’électricité pour compenser les 5 % de CO2 restants. 

L’Institut Pembina, qui a mené une évaluation du projet, a souligné son potentiel environnemental. C’est une amélioration nette par rapport aux usines traditionnelles de production d’hydrogène et cela établit un standard élevé pour la production issue du gaz naturel, a déclaré le directeur adjoint, Simon Dyer, dans un communiqué. 

Des petits à venir?

Ce complexe pourrait être une première phase d’un plus important investissement au Canada, selon le PDG de l’entreprise américaine, Seifi Ghasemi.

Nous prévoyons de reproduire ce projet au fur et à mesure de la croissance de la demande d'hydrogène.

Une citation de :Seifi Ghasemi, PDG d'Air Products

La production d’hydrogène est vue par de nombreux gouvernements et entreprises comme un rouage essentiel de la décarbonisation de l’économie. Ottawa a déjà publié sa stratégie, et l’Alberta travaille en ce moment à une feuille de route. 

La demande demeure cependant incertaine, puisque de nombreux projets sont encore au stade expérimental, que ce soit pour le transport de marchandises ou le chauffage d’habitations.

Hydrogène bleu contre hydrogène vert

Les organisations environnementales font également pression pour que le Canada investisse seulement dans des projets d’extraction d’hydrogène à partir d’énergies renouvelables, appelé hydrogène vert. 

L’hydrogène des énergies fossiles aide seulement les compagnies pétrolières et gazières à faire de l’écoblanchiment, mais c’est encore une énergie fossile. Plutôt que de mettre l’accent sur les énergies renouvelables et prendre le chemin de la carboneutralité, les fonds publics servent à aider les pétrolières à trouver d’autres sources de revenus , a déploré l’organisation Environmental Defence dans un communiqué.

Patrick Bonin, de Greenpeace, manifeste la même déception : Malheureusement, le gouvernement s'en va dans la mauvaise direction quand il soutient une industrie basée sur les combustibles fossiles une fois de pluss.

Les couleurs de l'hydrogène 

L’hydrogène est codifié en trois couleurs en fonction du processus d'extraction du gaz et des émissions de gaz à effet de serre qu'il produit.

  • L'hydrogène gris est extrait à partir du gaz naturel. Selon le groupe de travail, son exploitation libère 9 kg de CO2 par kilogramme d'hydrogène.
  • L'hydrogène bleu est extrait de la même manière que le gris, mais ses émissions de gaz à effet de serre sont capturées et stockées dans le sol. Il produit environ 1 kg de CO2 par kilogramme d'hydrogène.
  • L'hydrogène vert est généralement produit à partir de l'électrolyse de l'eau. Il n'est pas polluant si l'électricité utilisée est produite à partir d'une source renouvelable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !