•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le métro de Québec 21, « une immense fumisterie », dit Régis Labeaume

Régis Labeaume en conférence de presse.

Régis Labeaume a convoqué la presse pour réagir au projet de métro de Québec 21.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Le maire de Québec qualifie d’« une immense fumisterie » le projet de métro léger présenté par Québec 21. Un projet deux fois plus cher, pour transporter moins de personnes sur une distance plus courte, affirme Régis Labeaume.

À peine quelques heures après la présentation du projet VALSE, véhicule automatique léger souterrain électrique, de Québec 21, le maire de Québec était prêt à le démolir.

Les mathématiques sont simples, ça ne marche pas, a lancé le premier magistrat soulignant que les coûts pour creuser un tunnel à Québec sont connus : 358 millions de dollars du kilomètre. À la lumière de ces chiffres, la Ville calcule que le projet de métro proposé par Jean-François Gosselin coûterait au bas mot 6, 275 milliards de dollars.

Québec 21 s'est basé sur étude de Systra qui prévoyait des coûts de 200 millions du kilomètre, mais la Ville précise que les coûts réels de construction de tunnel au Canada se sont avérés considérablement plus chers. C'est le résultat de deux ans de travail et d'une centaine d'experts au bureau de projet, affirme le maire.

Pourtant, le chef de Québec 21 avançait mercredi matin que le VALSE respecterait le budget de 3,3 milliards de dollars établi par les deux ordres de gouvernement.

Ils ont fait valser les chiffres, je pense que la population va les envoyer valser à la prochaine élection.

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec
Régis Labeaume en conférence de presse.

Le maire Régis Labeaume a qualifié de « fumisterie » la présentation du métro léger de Québec 21.

Photo : Radio-Canada

Biaisé et bâclé

Le chef de Démocratie Québec n'a pas attendu d'être questionné pour réagir au projet de son adversaire candidat à la mairie. Alors qu'il présentait son colistier pour l'élection, il a qualifié le projet de métro léger de Québec 21 de biaisé et bâclé.

C'est pas sérieux et c'est ça que je trouve triste parce qu'il prétend avoir la solution miracle. Le bouton à quatre trous c'est pas lui qui l'a inventé et c'est pas avec son projet qu'il nous impressionne.

C'est le projet d'un consortium qui a été présenté aux études du BAPE, il se fait le porte-parole d'un consortium. Est-ce qu'il est lobbyiste pour ce consortium? Il travaille pour qui?, a lancé Jean Rousseau.

Jean Rousseau porte un chandail du Canadian à l'extérieur.

Jean Rousseau portait un chandail du Canadien lors de sa conférence de presse du 9 juin.

Photo : Radio-Canada

Retour à la case départ

Le chef de Québec Forte et Fière, Bruno Marchand, estime que le projet de Québec 21 ne fait pas avancer le transport collectif à Québec. Il déplore l’irresponsabilité et la vision étroite du candidat Gosselin lorsqu’il affirme que son projet sera la question de l’urne le 7 novembre prochain.

La nouvelle formation politique estime que la Ville de Québec aura à se pencher sur plusieurs enjeux sociaux en sortant de la pandémie et qu'il serait réducteur de concentrer l'élection à venir uniquement sur le transport en commun.

Bruno Marchand à l'extérieur.

Bruno Marchand de Québec forte et fière lors d'une conférence de presse, le 2 juin.

Photo : Radio-Canada

Pas d'ingérence dans la campagne électorale

Le ministre des Transports François Bonnardel n’a pas l’intention de commenter le projet de Québec 21.

Il y a des élections municipales en novembre et clairement nous entrons dans une phase de précampagne électorale. C’est normal que les candidats aux élections municipales, peu importe la ville, fassent des promesses électorales, précise par courriel l’attachée de presse du ministre, Florence Plourde. Pour cette raison, le ministre ne donnera pas son avis sur le projet de métro léger présenté par le candidat à la mairie Jean-François Gosselin.

Si nous commencions à dire : "telle promesse est bonne ou telle promesse est mauvaise", ce serait s’ingérer dans une campagne électorale municipale. Nous ne nous ingérerons pas dans les campagnes municipales et ne répondrons pas aux questions hypothétiques sur le résultat de celles-ci, ajoute Mme Plourde.

Elle précise toutefois que le cas du projet de tramway mis de l’avant par le maire Régis Labeaume est différent puisqu’il s’agit d’un projet de transport en commun officiel de la Ville de Québec.

La Municipalité et la province travaillent de concert pour permettre l’adoption d’un décret prochainement visant à lancer le projet, ajoute la porte-parole du ministre.

Le logo de Traway non merci

Le logo de Traway non merci

Photo : Radio-Canada

De son côté, le collectif Tramway non merci applaudit le projet de métro léger présenté par Québec 21, car il permet de bonifier l'offre de transport collectif sans restreindre la circulation automobile.

Selon le porte-parole Stéphane Lachance, la construction d'un métro aura aussi beaucoup moins d'impacts en surface pour les commerçants le long du parcours.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !