•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chute mortelle : une soudure défaillante et une méthode inadéquate en cause

Photo de la scène d'accident.

La soudure supportant le palier intermédiaire (haut de la photo) a cédé, provoquant son affaissement partiel et l'effondrement de la volée d'escalier inférieure (bas de la photo).

Photo : CNESST

Une soudure de mauvaise qualité et l’emploi d’une technique de montage d’escalier inadéquate ont provoqué la mort d'un travailleur l’automne dernier sur un chantier de la route de l’Église, à Québec.

C’est ce qui ressort du rapport d’enquête de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), dont les conclusions ont été dévoilées mercredi.

Le 16 novembre 2020, Emmanuel Tremblay, un monteur-assembleur de l’entreprise Métal Méroc inc., a effectué une chute mortelle de 2,9 m à la suite de l’effondrement d’une volée d’escalier sur laquelle il se déplaçait.

Le rapport d’enquête révèle que la soudure temporaire servant à supporter un des coins du palier intermédiaire, qui avait été réalisée le matin même de l’accident, était de mauvaise qualité.

Gros plan de la soudure impliquée dans l’accident de travail.

La CNESST conclut que la soudure réalisée pour supporter temporairement un des coins du palier intermédiaire était de mauvaise qualité.

Photo : CNESST

Elle a cédé sous le poids de l’ouvrier, provoquant l’affaissement partiel du palier et l’effondrement de la volée d’escalier inférieure.

La présence de défauts dans la soudure, comme les arêtes créées par le manque de pénétration et les porosités, a pour effet de concentrer et d’augmenter les contraintes au point de dépasser la limite élastique de 46 000 PSI, causant la rupture complète de l’assemblage , peut-on lire dans le rapport de la CNESST.

La soudure présente des porosités et un faciès de rupture typique d’un profil d’arrachement lamellaire.

Un arrachement lamellaire est possible lorsque la zone de fusion au métal de base et fragile et peu ductile, signe que les propriétés de la zone thermiquement affectée ne sont pas adéquates.

Une citation de :Extrait du rapport d’enquête de la CNESST

Improvisation

L’enquête montre également du doigt la méthode de travail inadéquate utilisée pour le montage de l’escalier métallique sur lequel circulait Emmanuel Tremblay. La technique employée ne permettait pas d’assurer la stabilité des pièces de la structure durant son montage.

Le rapport mentionne que les dessins d’atelier de Métal Méroc n’avaient pas été signés et scellés par un ingénieur, comme l’exige la norme CSA S16-09 du Code canadien sur le calcul des ponts routiers.

Photo de l'angle de soutien temporaire et de la colonne de soutien impliqués dans l'accident.

L'installation d'un angle de soutien (photo) est temporaire et permet de conserver la mobilité des pièces de l'escalier afin de procéder à leur équerrage.

Photo : CNESST

De plus, les travailleurs qui ont procédé au montage de l’escalier le 16 novembre 2020 n’avaient en main aucun plan ni méthode de montage indiquant l’utilisation du support temporaire du palier intermédiaire. Ils avaient pour unique référence les dessins d’atelier de Métal Méroc.

Ils n’ont aucune information sur les spécifications des soudures à effectuer au chantier ni sur les éléments provisoires nécessaires au montage et au maintien de la stabilité de l’escalier. Les travaux reposent essentiellement sur leurs connaissances et leur expérience, ce qui laisse place à improvisation , assènent les auteurs du rapport.

Suivi

Les conclusions de l’enquête seront transmises à l’Association de la construction du Québec, l’Association patronale des entreprises en construction du Québec, l’Association des entrepreneurs en construction du Québec et l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec afin qu’elles en informent leurs membres.

La CNESST ajoute que le rapport sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme de montage-assemblage dans le but de sensibiliser les futurs travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !