•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Bien choisir son BBQ… dans les années 80

Un doigt pointe un modèle de barbecue avec deux brûleurs et deux tablettes sur le côté.

En 1985, il faut débourser 400 $ pour un BBQ haut de gamme fonctionnant au gaz propane.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Briquettes, charbon de bois ou propane? Hésitez-vous dans le choix de votre barbecue? Tirés de nos archives, ces conseils d’achat pourraient bien vous éclairer.

Réglons d’abord la question des briquettes par rapport au charbon de bois, deux combustibles qui fonctionnent avec le même type de barbecue.

Dans l’émission Consommateurs avertis du 2 juin 1978, l’animateur Simon Durivage présente une analyse comparative d'une dizaine de produits sur le marché.

Consommateurs avertis, 2 juin 1978

Pour évaluer leur qualité, les échantillons de briquettes et de charbon de bois ont été testés en laboratoire selon les critères suivants : le temps à brûler, les crépitements et la chaleur dégagée.

L’expérience a démontré très clairement qu'il existe une nette différence entre les briquettes et le véritable charbon de bois, affirme l’animateur Simon Durivage dans son exposé.

Le charbon de bois brûle plus facilement et dégage beaucoup plus de chaleur. Cependant, il crépite et il dure moins longtemps que les briquettes.

Bien que le coût des briquettes soit largement inférieur, celles-ci sont faites de résidus de charbon de moindre qualité. Un détail qui se ressentira dans la cuisson comme dans le goût des aliments grillés.

Pour un repas en famille, le charbon de bois véritable est préférable.

Une citation de :L'animateur Simon Durivage

L’analyse comparative de l’équipe de Consommateurs avertis s’étend aussi aux allume-feu, vendus sous forme liquide ou solide.

Plus économiques et moins dangereux, les cubes imbibés se distinguent des produits liquides malgré tout plus courants.

Répandez le liquide sur le charbon et attendez au moins cinq minutes, 10 minutes même avant d'y jeter une allumette, recommande l’animateur Simon Durivage en conclusion. C'est plus sécuritaire d'une part et c'est beaucoup plus efficace comme ça.

Repères, 4 avril 1982

Dans l’émission Repères du 4 juin 1982, les barbecues au charbon de bois sont présentés comme l’option la plus économique pour les consommateurs, bien que ceux-ci se tournent de plus en plus vers les modèles au gaz propane.

En 1982, il faut débourser une dizaine de dollars pour un appareil portable de type Hibachi ou une soixantaine de dollars pour un barbecue de type Kamado en céramique, reconnaissable jusqu’à de nos jours par sa forme en coquille d’œuf.

Du côté des barbecues au gaz propane — qui offrent selon le vendeur Michel Piché une cuisson plus uniforme — on ne trouvera aucun modèle à moins de 200 dollars.

Fini l'hibernation! Pour des milliers de Québécois, l'heure des dîners sur l'herbe a sonné… ou plutôt des dîners sur le patio!

Une citation de :La journaliste Françoise Stanton

Pour manger en tout confort à l’extérieur, il faut aussi s’équiper.

C’est ainsi que la journaliste Françoise Stanton s’attarde également au mobilier de patio pour son reportage lors de sa visite chez Gagnier Meubles.

Pour un ensemble composé d’un parasol à douze baleines, d’une table en fibre de verre et de quatre chaises, il faudra débourser un peu plus de 500 dollars.

On vend des tables de bois, mais ce n’est pas le produit le plus demandé, assure le vendeur Michel Piché. Ce que les gens recherchent, c'est plutôt un produit durable, facilement remisable.

En 1982, c’est la résine synthétique qui a la cote. Comme nous l’indique toutefois le parasol au tissu fleuri et garni de longues franges, les tendances changent rapidement… et reviennent parfois au fil du temps.

Au jour le jour, 7 mai 1985

Le temps de sortir de la cuisine est arrivé, annonce l’animatrice Dominique Lajeunesse à l’émission Au jour le jour du 7 mai 1985.

Avec Michael McAndrew, agent d’information pour le magazine Protégez-vous, elle analyse quelques modèles de barbecue.

Leur revue en studio sur fond de bruits d’oiseaux commence avec le barbecue au charbon de bois de type Hibachi, qui demeure plus abordable sur le marché.

Les deux intervenants remarquent cependant que la qualité de ce modèle tend à diminuer au fil du temps. La fonte n'est plus aussi épaisse qu’auparavant et la construction est moins solide, déplore le représentant de Protégez-vous.

C'est petit, ça se transporte partout, admet-il en contrepartie, recommandant l’appareil pour quelqu’un qui se fait 2, 3 steaks par année.

Le barbecue de type Kamado est un peu plus grand et nettement plus esthétique. Il faut payer pour ces choses-là, souligne Michael McAndrew. Son couvercle arrondi a également l’avantage de garder les aliments chauds et de les protéger du vent et de la poussière.

En 1985, il est aussi équipé d’un dispositif pour évacuer plus facilement les cendres.

Le prix d’un barbecue au gaz propane d’entrée de gamme se compare à celui d’un appareil de type Kamado au charbon de bois.

En moyenne, on déboursera cependant environ 200 $ pour faire l’acquisition de ce type de barbecue, auquel il faudra ajouter une bonbonne de gaz propane d’une vingtaine de dollars qui devra être remplie au cours la saison estivale.

Bien que le charbon de bois et le gaz propane soient deux modes de cuisson différents, la fonction des deux appareils est la même, explique le spécialiste.

La fumée que l’on voit provient des jus de cuisson, des gras et des particules qui tombent sur les pierres ou sur les brûleurs et non du charbon lui-même.

En 1985, des pierres volcaniques, beaucoup plus durables que le charbon, sont ajoutées dans la cuve des barbecues au gaz propane afin de produire cet effet.

Le plus gros modèle de barbecue présenté dans le cadre de l’émission Au jour le jour se vend 400 $.

Et à la grande surprise de l’animatrice Dominique Lajeunesse, c’est à l’acheteur qu’il revient de l’assembler une fois à la maison.

Ça vous arrive dans une belle petite boîte de carton avec des instructions qui sont parfois en français de Taiwan, conclut Michael McAndrew en guise de mise en garde.

L'Épicerie, 28 avril 2004

Ce reportage beaucoup plus récent nous montre d’ailleurs que la question de l’assemblage demeure un aspect à bien peser au moment de l’achat d’un nouveau barbecue.

Dans l’émission L’Épicerie du 28 avril 2004, on confie à un duo père-fils bricoleur le défi de monter cinq modèles de barbecues.

Les deux barbecues de table sont pratiquement clefs en main, mais les trois barbecues au gaz propane plus costauds donnent bien du fil à retordre à Daniel Marsolais, professeur à l’École polymécanique de Laval.

Ne serre pas ça trop, François, parce qu'il faut l'enlever, lance-t-il à son fils en consultant un plan d’assemblage aux caractères beaucoup trop petits.

Toutes les étapes sont là, mais c'est franchement compliqué!

Une citation de :Le bricoleur Daniel Marsolais

L’assemblage de chaque appareil leur demande au minimum une heure de travail. Et quelques pièces et vis leur restent parfois dans les mains.

Pour une personne seule, c'est tout un défi, conclut le père bricoleur aidé de son fils bien débrouillard.

En conclusion, le duo n’hésite pas à recommander aux moins manuels le service d’assemblage offert par certaines quincailleries...

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.