•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur la mort en prison de Soleiman Faqiri

Gros plan du visage de Soleiman Faqiri.

Soleiman Faqiri, qui souffrait de schizophrénie, est mort en prison en 2016.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Dr Michael Pollanen, médecin légiste en chef de l'Ontario, tentera de déterminer une fois pour toutes la cause de la mort de Soleiman Faqiri, un homme souffrant de schizophrénie qui est mort derrière les barreaux en 2016.

L'homme de 30 ans est mort à la suite d'une confrontation avec des agents correctionnels, qui l'avaient enchaîné et aspergé de poivre de cayenne.

La cause officielle de sa mort est restée indéterminée depuis.

Dans une lettre partagée seulement avec la CBC, le Dr Pollanen explique qu'il examinera le cas en se fondant sur l'exposé conjoint des faits qui doit être préparé avant l'enquête du coroner sur la mort de M. Faqiri.

Aucune date n'a été donnée pour l'instant.

Le Dr Pollanen écrit dans sa lettre envoyée au bureau du coroner en chef : il est important pour moi de me pencher sur ce cas compte tenu de mes responsabilités.

J'ai beaucoup d'expérience dans le domaine des examens post-mortem au sujet de morts en détention, à la fois au Canada et à l'étranger. J'ai aussi fait des recherches et publié mes observations au sujet de morts survenues après l'utilisation de la contention physique ou de la torture, ajoute-t-il dans la lettre datée du 18 mai.

Cet examen survient près de six mois après que la superviseuse correctionnelle Dawn Roselle a affirmé que les mesures utilisées contre M. Faqiri le jour de sa mort présentaient un risque d'asphyxie. Cette dernière et un autre superviseur du centre correctionnel du Centre-Est à Lindsay ont été congédiés.

Aucune accusation criminelle n'a été portée dans cette affaire.

Les proches de M. Faqiri ont entamé une poursuite de 14,3 millions de dollars contre la province, affirmant qu'un usage excessif de la force a mené à sa mort.

Son frère Yusuf dit que l'examen du Dr Pollanen est un pas dans la bonne direction. Je vais être honnête avec vous : "Nous accueillons cette nouvelle avec un optimisme mesuré", dit-il.

Avec des renseignements fournis par CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !