•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève des employés d'ArcelorMittal est terminée

L'usine de bouletage d'ArcelorMittal à Port-Cartier

L'usine de bouletage d'ArcelorMittal à Port-Cartier

Photo : ArcelorMittal

Radio-Canada

Les 2500 employés d’ArcelorMittal sur la Côte-Nord ont tranché mardi : la nouvelle convention collective est acceptée. Après un mois de conflit de travail, les activités reprennent leur cours normal dans les installations de la minière à Fermont et Port-Cartier.

La grève générale illimitée déclenchée le 10 mai (Nouvelle fenêtre) aura duré un mois.

Mardi, les travailleurs ont voté en faveur de l’entente de principe conclue entre leur syndicat et l'employeur.

Résultat du vote du 8 juin

Mine de Mont-Wright et de Fire Lake, Fermont : acceptée à 96 %

Port et chemin de fer, Port-Cartier : acceptée à 88 %

Employés de bureau de Port-Cartier et techniciens en protection des incendies : acceptée à 98 %

Employés de bureau de Fermont et force protectrice : acceptée à 90 %

Usine de bouletage de Port-Cartier : acceptée à 95 %.

La nouvelle convention collective est d'une durée de quatre ans et prévoit des augmentations salariales moyennes de plus de 3 % par année et des augmentations annuelles moyennes des prestations de retraite de 3,75 %. Les retraités actuels verront aussi leurs rentes être indexées de 1 à 3 %.

Représentés par le syndicat des Métallos, les travailleurs de la multinationale ont également eu gain de cause sur des mesures qui favorisent l’installation des travailleurs dans la région.

Une prime pour la vitalité économique de la grande région de Port-Cartier et de Sept-Îles sera donc instaurée, indique le coordonnateur du syndicat des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre.

Tous les travailleurs et les travailleuses qui vont demeurer entre Baie-Trinité et Matamek vont recevoir une prime annuelle qui va jusqu’à 1200 $. On a instauré une prime pour favoriser l’attraction de la main-d'œuvre, explique M. Lapierre.

De son côté, ArcelorMittal affirme que cette nouvelle convention collective assurera une stabilité tant aux employés qu’à tous les partenaires de l’entreprise et ajoute être heureux de tourner la page sur ce conflit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !