•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin hygiéniste en chef de la C.-B. accusé de crimes sexuels en Alberta

Le Dr Albert de Villiers a déjà travaillé à Grande Prairie, là où a commencé l'enquête de la GRC.

Le Dr Albert de Villiers.

Albert de Villiers fait face à une accusation d'agression sexuelle et une accusation de contacts sexuels.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le médecin hygiéniste en chef de la régie de la santé de l'Intérieur de la Colombie-Britannique, Albert de Villiers, 52 ans, a été arrêté mardi à Kelowna et accusé d'agression sexuelle et de contacts sexuels, selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Alberta.

Un porte-parole de la régie de la santé de l'Intérieur a déclaré qu'il lui était impossible de commenter cette affaire mardi soir. Toutefois, il a expliqué qu'un médecin hygiéniste en chef serait nommé par intérim mercredi pour le reste de la semaine. La Dre Sue Pollock occupera le poste à compter de lundi prochain.

L'enquête a été menée par le détachement de la GRC de Grande Prairie, en Alberta. Le Dr de Villiers y a travaillé pendant 16 ans en tant que médecin en chef de la zone nord pour Services de santé Alberta (AHS), selon son profil professionnel LinkedIn.

L'enquête a commencé le 28 mai dernier, quand le détachement de la GRC de Grande Prairie en Alberta a reçu un rapport faisant état de crimes sexuels sur un enfant qui ont eu lieu entre 2018 et 2020, explique la GRC. Son équipe des enquêtes spéciales a été chargée du dossier.

Le Code criminel du Canada stipule que toute personne qui, à des fins d’ordre sexuel, touche directement ou indirectement, avec une partie de son corps ou avec un objet, une partie du corps d’un enfant âgé de moins de 16 ans est coupable de contacts sexuels.

Le Dr de Villiers travaille pour la régie de la santé de l'Intérieur en Colombie-Britannique depuis un an. Il est le porte-parole pour la région pour la campagne des autorités sanitaires contre la COVID-19.

En fin de soirée mardi, le Dr de Villiers était toujours en détention en attente de son enquête sur sa remise en liberté provisoire, selon le caporal Curtis Peters, de la GRC de l'Alberta. Il a ajouté qu'une mise à jour de l'affaire devrait avoir lieu mercredi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.