•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : vaccination ambulante pour les populations vulnérables de Calgary

La voiture de l'opération de vaccination ambulante.

L'objectif de l'opération Aisokinakio’p est de rendre la vaccination plus accessible aux personnes vivant dans des conditions précaires, comme les sans-abris et les communautés autochtones.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Une opération de vaccination ambulante contre la COVID-19 commence cette semaine à Calgary avec pour objectif de vacciner les populations vulnérables et marginalisées de la métropole.

L’opération, baptisée Aisokinakio’p (qui signifie endroit où se soigner en langue Pieds-Noirs), est organisée par l'Agence de santé Siksika.

Dès cette semaine, une voiture équipée d'un réfrigérateur pour transporter les vaccins fera la tournée des campements de sans-abris dans le centre-ville de Calgary.

Il y a des itinérants qui ont peur d'aller dans des centres d'hébergement, car ils ont peur d'attraper la COVID-19. Ils ne font pas confiance au système. On espère qu’avec cette opération de vaccination mobile, on pourra vacciner plus de gens et les aider à reprendre contact avec les services comme les refuges, explique le président de l’organisme Be the Change YYC, Chaz Smith.

Les organisateurs iront également à la rencontre d’autres types de populations vulnérables comme des travailleurs agricoles saisonniers originaires d’autres pays, pour leur offrir de se faire vacciner.

Une femme se prépare à vacciner un homme installé à une station ambulante de vaccination mise sur pied par l'opération Aisokinakio’p.

L'opération Aisokinakio’p cible les communautés vulnérables.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Adapter les services

La PDG de l’organisme Calgary Homeless Foundation, Patricia Jones, souligne qu’il est important d’adapter les services à la réalité des populations vulnérables.

Il s'agit d'humanité et de respect. Les personnes qui ont vécu de lourds traumatismes ou vivent dans la rue peuvent vite être dépassées par des actions qui nous paraissent simples comme prendre un rendez-vous médical sur un ordinateur, dit-elle. Nous devons nous adapter.

Certaines personnes n’ont pas accès à Internet ni au téléphone [...] Aller vers elles avec ce véhicule va grandement faciliter leur vie, ajoute la coordinatrice du groupe de travail autochtone pour la COVID-19 du centre d’amitié autochtone de Calgary, Lori Johnstone.

Une femme installe un toit accroché à une voiture pour mettre sur pied une station de vaccination.

La voiture utilisée pour l'opération de vaccination ambulante est équipée pour faire face à toutes les conditions météorologiques.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Les organisateurs de l’opération se sont déjà rendus dans la nation autochtone Siksika.

Ils iront également à la rencontre de communautés immigrantes.

Nous connaissons 400 réfugiés yézidis à Calgary qui ont besoin de cette aide, explique le PDG de la Société de l'immigration catholique de Calgary, Fariborz Birjandian. Nous sommes aussi en contact avec 300 mères célibataires qui ne parlent pas bien anglais et qui ne peuvent pas prendre un rendez-vous sur Internet.

Les organisateurs comptent maintenir l'opération tant qu'il y aura des gens à vacciner.

Avec les informations d'Axel Tardieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !