•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers pas mesurés des États-Unis vers une reprise des voyages internationaux

Des voyageurs en attente dans un corridor de l'aéroport international de Miami, en Floride.

Des voyageurs à l'aéroport international de Miami, en Floride (archives).

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Agence France-Presse

Les États-Unis ont fait mardi des premiers pas mesurés vers un retour des voyages internationaux, en assouplissant leur avertissement aux personnes souhaitant se rendre dans plusieurs pays, dont la France, et en annonçant la création de groupes de travail avec « des partenaires clés » pour préparer cette reprise.

Constitués avec le Canada, le Mexique, l'Union européenne et le Royaume-Uni, ces groupes devront aider à tracer la voie à suivre pour reprendre les voyages internationaux avec nos partenaires clés lorsqu'il sera déterminé que cela peut être fait en toute sécurité, a précisé un responsable du département d'État.

Juste avant la visite du président américain, Joe Biden, en Europe, Washington a abaissé son avertissement aux voyageurs voulant se rendre dans plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, ainsi que le Japon, à un mois et demi des Jeux olympiques, ou encore le Canada et le Mexique, les deux voisins des États-Unis.

En tout, près de 60 pays qui étaient frappés par la mise en garde maximale de niveau 4 (ne pas s'y rendre) en raison de la crise sanitaire sont ramenés au niveau 3 (éviter de s'y rendre si possible), a annoncé la diplomatie américaine dans un communiqué. Une vingtaine d'autres États descendent eux d'un cran aux niveaux 2 ou 1.

Un responsable du département d'État américain a expliqué à l'AFP les assouplissements par un changement méthodologique dans l'analyse du risque sanitaire pour les voyageurs réalisée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

En avril, le département d'État avait annoncé qu'il allait classer près de 80 % des pays du monde au niveau 4, pour harmoniser ses avertissements aux voyageurs avec ceux des CDC et mieux prendre en compte le risque épidémiologique.

Ce revirement augure-t-il d'un changement de Washington au sujet des frontières américaines, fermées aux non-Américains et non-résidents en provenance de l'espace Schengen, d'Irlande et du Royaume-Uni depuis mars 2020?

Il intervient en tout cas au moment où l'Union européenne a décidé d'autoriser l'entrée aux voyageurs américains vaccinés contre la COVID-19, mais demande la réciprocité aux États-Unis.

Nous accueillons déjà des touristes américains à partir du moment où ils sont vaccinés, à partir du moment où ils ont eu les deux doses et qu'on a attendu le délai de 15 jours. J'insiste que nous voulons la réciprocité, a dit lundi le commissaire européen chargé du marché intérieur, Thierry Breton, promettant d'en parler avec les autorités américaines.

Nombreux drames personnels

Des voyageurs qui transportent des valises près d'un carrousel à bagages d'un aéroport.

Des voyageurs transitent par l’aéroport international de Las Vegas.

Photo : Reuters / BRIDGET BENNET

Au-delà des touristes, la fermeture des frontières qui, côté américain, concerne aussi la Chine, l'Iran, le Brésil, l'Afrique du Sud et l'Inde, a suscité de nombreux drames personnels, séparant des milliers de familles parfois depuis plus d'un an.

Washington a jusqu'ici toujours invoqué la science pour justifier le maintien de cette fermeture – surtout lorsque la campagne de vaccination aux États-Unis avait une bonne longueur d'avance sur celle des pays européens. Récemment, toutefois, la vaccination s'est accélérée aussi dans l'UE, où le nombre de cas de COVID-19 est en nette baisse.

Et l'assouplissement des avertissements aux voyageurs suggère que la science – en tout cas ses représentants au sein de l'administration américaine – a revu à la baisse le risque lié à la COVID-19 en cas de déplacement dans de nombreux pays, notamment européens.

La question devrait être soulevée par les homologues du président Biden lors de son déplacement au Royaume-Uni pour le sommet du G7 et à Bruxelles pour une réunion avec les dirigeants de l'UE.

Nous avons très clairement entendu le désir de nos amis en Europe et au Royaume-Uni de pouvoir rouvrir les voyages transatlantiques, et nous voulons aussi cela. Mais nous devons suivre la science et les recommandations de nos professionnels de santé publique, avait assuré lundi le conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan. Donc, nous discutons activement avec eux pour définir le calendrier, avait-il ajouté.

L'administration Biden se rend compte qu'à l'approche du sommet avec l'UE, elle va devoir s'occuper de ce dossier alors que ce n'était pas à l'agenda de la Maison-Blanche, en raison de la demande européenne de réciprocité et de la pression des compagnies aériennes qui veulent voir le trafic transatlantique reprendre, a dit à l'AFP Célia Belin, politologue à la Brookings Institution à Washington, qui avait appelé la semaine dernière le président américain à un geste fort en ce sens lors de son voyage en Europe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !