•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'état d'urgence sanitaire se poursuit en Colombie-Britannique

Un agent de police demande à un conducteur ses documents lors d'un contrôle lors de la pandémie.

En raison de la COVID-19, les voyages non essentiels sont interdits entre les trois régions de voyage désignées de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

La Colombie-Britannique poursuivra l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 22 juin, a annoncé le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, dans un communiqué.

La police peut donc continuer de donner des contraventions aux citoyens qui ne respectent pas les mesures sanitaires en place, notamment en cas de rassemblement.

L'état d'urgence est en vigueur depuis mars 2020.

Par ailleurs, la province enregistre 165 nouveaux cas de COVID-19 et aucun décès depuis les dernières 24 heures.

À travers la province, 2051 cas demeurent actifs, soit 51 de moins que la veille. De ce nombre, 203 personnes sont hospitalisées en raison de complications liées au virus, dont 57 aux soins intensifs.

Les autorités annoncent également que l’éclosion qui s’était déclarée au centre de soin de longue durée Brookside Lodge de Surrey est maintenant terminée.

Depuis le début de la campagne d’immunisation, 3 685 340 doses de vaccins, ce qui comprend 345 508 secondes doses, ont été administrées en Colombie-Britannique. Un total de 71,9 % de la population âgée de 12 ans et plus a donc reçu au moins une première dose de vaccin contre la COVID-19.

La province rappelle que les Britanno-Colombiens ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca en première dose pourront choisir le vaccin qu’ils souhaitent avoir pour la seconde dose et encourage ces derniers à prendre le temps de décider.

Il n’y a pas de mauvais choix. Que vous décidiez de prendre une deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca ou une dose d’un vaccin à ARNm à la place, tous les vaccins sont efficaces et sécuritaires, écrivent le ministre de la Santé, Adrian Dix, et la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, dans leur communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !