•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de l'École Collines-d'Or rendent hommage aux 215 enfants disparus

Des enfants debout dans une cour d'école.

À Kamloops, 21 élèves de 6e et 7e année à l'École Collines-d'Or ont enregistré un hommage aux 215 enfants autochtones dont les restes ont été localisés sur l'ancien site du pensionnat autochtone de la ville.

Photo : Association francophone de Kamloops

Radio-Canada

Suite à la localisation des restes d’enfants sur le site de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique, des élèves francophones de l’École secondaire Collines-d’Or ont tenu à leur rendre un hommage original. Ils ont créé une capsule audio de 9 minutes dans laquelle ils relatent l’histoire des pensionnats.

 Nous souhaitons vous raconter avec nos mots ce qu'ont été les écoles résidentielles et les injustices subies par les peuples des Premières Nations dans notre pays , peut-on entendre dans les premières minutes de la capsule audio.

Le groupe d'élèves, inscrits en 6e et 7e années, travaillait déjà avec l’Association francophone de Kamloops pour envoyer des cartes postales sonores à des correspondants en France.

La création d’un hommage audio s’est donc portée comme une évidence.

C’est assez naturellement que l’on s’est dit que l’on allait pouvoir rendre un hommage avec ce que l’on savait faire de mieux, c’est-à-dire écrire des textes et enregistrer nos voix, explique Nicolas Rausch, chargé de projet artistique à l’Association francophone de Kamloops.

Dans leurs mots et à travers leurs regards d'enfants, ils relatent l’histoire des pensionnats autochtones et des effets de ceux-ci sur les premiers peuples.

Rendre hommage pour éduquer

Les élèves ont effectué leur propre recherche, écrit leur propre texte et ont pu enregistrer leur capsule en quatre jours.

Par petits groupes, ils ont colligé des informations qui leur ont permis de mieux saisir l’ampleur de l’histoire des pensionnats autochtones.

 Je ne savais pas que c'était aussi sérieux , dit l'élève de 7e année, Sofia Nunez - Palma. Après, quand on a travaillé dessus, je me suis rendu compte que ça l'était vraiment.

Sofia a travaillé avec un groupe d'élèves sur la définition et les origines des pensionnats :  Ça ne me touchait pas émotionnellement. Mais j'ai vu des vidéos ensuite et ça m'a fait de la peine.

De son côté, l'élève de 6e année, Ilyass Sabiri, a travaillé avec son groupe sur l’impact des pensionnats sur les communautés autochtones.

 J'ai dû chercher plus dans les détails, dit-il, alors j'étais vraiment touché par ce qu’ils vivaient. 

C’est vraiment important que la population canadienne puisse savoir l’histoire de ce que les autochtones ont vécu. Et il ne faudrait pas répéter cette erreur, lance-t-il.

Leur enseignante, Bonnie Antoine, est du même avis.

En plus de servir d’outil éducatif pour les élèves, cet hommage audio pourra aussi servir à éduquer les adultes.

 Ce fut un beau projet pour les élèves de vraiment s’approprier l’information par eux même grâce à des recherches et pouvoir exprimer leurs points de vue. On parle tout le temps de notre point de vue d’adultes. Mais là, c’est vraiment comment les enfants vivent ça.[ ...] je trouve que c’est important .

Un jardin à la mémoire des 215 enfants

 Et aujourd'hui, plus que jamais nous ne répétons ces mots : "Chaque enfant compte!"  , lancent les élèves en cœur à la fin de leur hommage audio.

Pour continuer à faire vivre ce message, « Chaque enfant compte », l’École Collines-d’Or va inaugurer, le 25 juin, un jardin autochtone aux abords de l’établissement.

Durant la cérémonie, ils inaugureront une plaque commémorative en l'honneur des 215 enfants de l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops afin que cette histoire ne soit jamais oubliée.

Ailleurs sur le web :

Hommage audio des élèves de l'école Collines D'Or de Kamloops  (Nouvelle fenêtre)- Site de l’Association francophone de Kamloops

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !