•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La gestion du parc provincial Saint-Ambroise passe aux mains du privé

Une pancarte ou il est écrit tarifs : 10 dollars par jour, 50 dollars pour la saison.

Une pancarte avec les tarifs d'entrée au parc provincial géré par une entité privée.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba a accordé un contrat à une entreprise privée pour la gestion du parc provincial de la plage Saint-Ambroise. Certains craignent que la province soit en train de privatiser discrètement ses parcs.

Les températures élevées du week-end dernier au Manitoba ont poussé de nombreuses familles à se rendre à la plage pour se rafraîchir.

Certaines d’entres-elles, qui ont partagé leurs histoires sur les réseaux sociaux, ont tenté de se rendre à la plage du parc où on leur a exigé la somme de 10 $ pour pouvoir profiter du lieu pour la journée.

Pourtant, la zone est un parc provincial qui devrait être accessible avec le laissez-passer de la province, au prix de 44,50 $ pour l’année. La province assure que c’est toujours le cas.

Il y a eu de la désinformation récente sur l’accès au parc avec un laissez-passer de parc provincial et toute confusion à ce sujet a maintenant été résolue, indique un porte-parole de la ministre de la Conservation et du Climat, Sarah Guillemard.

Le porte-parole confirme cependant que la gestion du parc est maintenant confié à un acteur du secteur privé. Le terrain a été loué pour 21 ans à Sterling Ducharme, propriétaire du magasin général de Saint Ambroise et propriétaire et gestionnaire du terrain de camping Surfside Beach Campground, en date du premier janvier 2021.

« Privatisation de fait »

Pour le Nouveau parti démocratique (NPD) du Manitoba, il s’agit d’une privatisation de fait du parc provincial, qui fera augmenter le coût de l’admission et celui d’une place de camping.

Il s’agit d’une manière malhonnête et sournoise de privatiser de fait nos parcs. Et nous savons qu’ils ne vont pas s’arrêter avec Saint-Ambroise, lance la porte-parole en matière de l’environnement et du changement climatique du NPD, Lisa Naylor.

Ils ont un plan pour vendre plus de terres des parcs provinciaux et de les transformer en source de profits pour des entreprises privées. Mais le droit de vendre nos parcs n’appartient pas au premier ministre — nos parcs provinciaux appartiennent à tous les Manitobains, poursuit-elle.

Le vent fait onduler les eaux du lac sous un ciel de nuages cotonneux et épars.

L'eau du lac Manitoba au large du parc provincial de la plage Saint-Ambroise.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Le porte-parole du Wilderness Committee, Eric Reder, parle lui aussi de la privatisation d’un parc provincial. Vendre la gestion d’un parc public lors d’une crise de la biodiversité et de l’espace public de première classe pendant une pandémie est une décision scandaleuse du gouvernement du premier ministre Brian Pallister, déclare-t-il.

Il soutient qu’il n’est pas clair de quelle manière des entreprises privées s’occuperont de la nature et des espèces menacées dans le secteur, dont le pluvier siffleur qui construit ses nids dans le parc.

Il note que la province a publié deux autres demandes d’offres pour la privatisation de parcs provinciaux, concernant ceux de Turtle Mountain et de Grass River.

Améliorer et non vendre, dit le gouvernement

Le porte-parole de la ministre Sarah Guillemard affirme qu’il ne s’agit pas de privatiser les parcs. Nos parcs provinciaux ne sont pas à vendre, mais ils sont prêts à être améliorés. Les visiteurs peuvent maintenant bénéficier d'améliorations […] après de nombreuses années de manque, dit-il.

Il explique que le parc provincial a été gravement endommagé par une inondation en 2011, et que les habitants du secteur réclamaient sa remise en état.

L’entente avec un gestionnaire local doit permettre la revitalisation du parc, assure-t-il.

Les Manitobains ont accès à la nature à cet endroit en profitant de ses services et de ses établissements, tout en soutenant le développement économique dans le cadre de la reprise économique après la pandémie, fait-il remarquer.

Il note que l’entente est similaire à des ententes de longue date dans d’autres parcs provinciaux qui ont été conclues au temps du précédent gouvernement néo-démocrate, dont ceux du parc de Overflowing River et du parc Margaret Bruce.

Avec les informations d'Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !