•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médecine nucléaire : Québec aura sa chaire de recherche en théranostique

Un patient entre dans un appareil de  tomographie par émission de positons.

La théranostique a recours à des instruments d'imagerie utilisés en médecine nucléaire tels que les appareils de tomographie par émission de positons (archives).

Photo : Getty Images / STEPHANE DE SAKUTIN

La Fondation du CHU de Québec a annoncé mardi la création d’une chaire de recherche en théranostique, une méthode qui vise à révolutionner le traitement du cancer en ayant recours aux isotopes.

La chaire bénéficiera d’un financement de 750 000 $ de la fondation au cours des prochaines années. Le Dr Jean-Mathieu Beauregard, chercheur-clinicien et spécialiste en médecine nucléaire au CHU de Québec-Université Laval, en sera le premier récipiendaire.

La théranostique utilise des médicaments radioactifs capables d’aller se fixer au cancer, peu importe où il se trouve dans le corps du patient, explique le chercheur-clinicien.

Contrairement à plusieurs traitements conventionnels parfois donnés à l'aveugle, il y a possibilité de savoir à l'avance si un traitement théranostique aura du succès ou pas puisqu'on est capable de faire une imagerie par TEP, ou tomographie par émission de positons, qui va nous indiquer jusqu'à quel point on est capable de bien cibler le cancer, précise le Dr Beauregard.

De gauche à droite : Serge Rivest, docteur en neurosciences, Marie-Claude-Paré, présidente et chef de la direction de la Fondation du CHU de Québec, Jean-Mathieu Beauregard, chercheur-clinicien et spécialiste en médecine nucléaire, et Martin Beaumont, PDG du CHU de Québec-Université Laval.

Le Dr Jean-Mathieu Beauregard (troisième à partir de la gauche) est le premier récipiendaire de la nouvelle chaire de recherche en théranostique.

Photo : Fondation du CHU de Québec

Il ajoute que cette nouvelle thérapie permet d’imager le traitement lui-même et de suivre sa progression dans le corps du patient. Les informations ainsi recueillies contribuent à personnaliser encore davantage le traitement.

C'est cette approche personnalisée qui distingue le CHU de Québec des autres centres qui œuvrent en théranostique.

Une citation de :Dr Jean-Mathieu Beauregard, chercheur-clinicien et spécialiste en médecine nucléaire

La chaire de recherche en théranostique pourra utiliser les isotopes qui seront produits par le cyclotron de Québec, actuellement en construction, et qui fera partie du Centre intégré de cancérologie du CHU de Québec.

Les travaux dirigés par le Dr Beauregard se concentreront d’abord sur le traitement des formes avancées du cancer de la prostate et de certains cancers plus rares, tels que les tumeurs neuroendocrines.

Une image rayon X sur laquelle on peut voir la prostate d'un patient

Le Dr Beauregard s'intéresse entre autres à l'utilisation de la théranostique pour traiter le cancer de la prostate (archives).

Photo : iStock / IS

Le spécialiste en médecine nucléaire entend également explorer des moyens d’utiliser la théranostique afin de soigner un plus grand nombre de cancers.

Donner les traitements de demain

Le Dr Beauregard soutient que la création de la chaire de recherche permettra aux patients du CHU de Québec d’avoir accès à des traitements avant même qu’ils ne soient commercialisés.

On va donner les traitements de demain dès aujourd'hui puis ça va faire en sorte que le CHU va garder sa longueur d'avance et son leadership en théranostique, pas juste au Québec, mais à travers le Canada.

Une citation de :Dr Jean-Mathieu Beauregard

Il s’agit de la toute première chaire de recherche hospitalière de la Fondation du CHU de Québec basée sur sa nouvelle approche, jugée accessible, flexible et adaptée aux réels besoins des chercheurs.

Visant principalement des projets de recherche qui ont un lien étroit avec le service direct aux patients, ces chaires attractives et de classe mondiale favoriseront le développement de la recherche clinique principalement , fait valoir la fondation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !