•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine : une œuvre dense et érudite

Parue il y a quelques semaines,  Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine est une œuvre romanesque qui imagine l'avenir de l'humanité.

Parue il y a quelques semaines, Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine est une œuvre romanesque qui imagine l'avenir de l'humanité.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Bernard Gilbert signe avec Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine, une œuvre dense, écologique et philosophique qui remet en question la domination humaine sur le reste de la planète.

Imaginez la rencontre d'un singe et d'un biologiste dans l'archipel de Zanzibar. Ceux-ci seraient capables de discuter par télépathie et même de jouer aux échecs. Que se diraient-ils et surtout quelles seraient les conséquences d'une telle conversation?

Cette situation hypothétique évoquée au cours d'une soirée entre amis dans les années 90 est à l'origine du plus récent roman de Bernard Gilbert. Stimulé par l'idée, il écrit d'abord 150 pages puis range le manuscrit dans un tiroir, persuadé qu'il lui manque des éléments.

Bernard Gilbert, en studio.

L'écrivain Bernard Gilbert

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Il entreprend alors un énorme programme de lecture. Il se renseigne sur l'histoire de l'humanité, l'évolution de l'espèce humaine, les migrations, l'histoire des religions, le paganisme, l'animisme. Il va lire des auteurs de science-fiction comme Frank Herbert et Élisabeth Vonarburg.

Graduellement, quand j’ai repris le manuscrit, en 2013, c’est là que je me suis dit : "Ok , finalement mes personnages, ce sont les précurseurs de ce culte-là. Ils sont en train de l’inventer. C’est comme ça que de fil en aiguille le récit s’est construit".

Un culte pour accepter le déclin

Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine se déroule sur une période de 1000 ans. Le récit raconte, à travers le destin de sept personnages, l'évolution d'un culte. De la rencontre initiale d'un singe et d'un biologiste en l'an 2000, à l'écriture d'un traité sur la fin de l'éternité par Janis la Sage en 2500, tout concourt à promouvoir la fin de la domination de l'homme sur la nature.

Tel que défini par Janis, le Culte repose sur une idée centrale, un pilier moral : accepter la mort, accepter le déclin, puisque disparaître demeure la meilleure façon, la seule voie, celle du salut, littéralement, pour l'espèce humaine et les autres formes de vie sur terre.

Une citation de :Extrait « Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine »

Tout au long du roman, les héros des différentes époques doivent vivre avec les conséquences de la domination humaine : guerres, épidémies, dérèglements climatiques, surpopulation, exploitation à outrance des ressources naturelles, disparitions de plusieurs espèces animales et végétales.

Bernard Gilbert brosse avec Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine un portrait accablant des sévices qu'infligent les hommes à cette planète.

Ce qu’il y a de fondamental chez moi, et c’est malheureux, j’aimerais bien que ce soit pas ça, mais depuis des années, je ne crois pas vraiment à l’avenir de l’espèce humaine. L’humanité est en train de montrer et de prouver qu’elle coure à l'échec, on n'a qu'à penser à la surpopulation.

Une citation de :Bernard Gilbert, écrivain

Précisons que dans ce roman, Bernard Gilbert ne prône pas la disparition complète de l'humanité, mais souhaite que l'impact de celle-ci diminue à un point tel que la planète et l'ensemble de ses écosystèmes puissent survivre et prospérer.

L'œuvre d'une vie?

Grand roman écologique et philosophique, Les singes bariolés semble permettre à l'auteur d'exprimer sa profonde indignation concernant l'état du monde actuel.

Pour l'auteur, il s'agit de son œuvre la plus aboutie. Elle résulte de tout ce qui l'a précédée.

Je le dis humblement, mais pour moi, c'est mon plus grand travail, affirme Bernard Gilbert. Ça bat toutes mes années de direction de théâtre parce que ça rejoint mon rêve de jeunesse d'être écrivain. Ça n'enlève rien à mes autres romans, mais ils ont servis à ce que je sois capable d'écrire celui-ci.

Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine fait écho aux inquiétudes de notre siècle et propose sous le couvert de la fiction des pistes de réflexion. L'avenir décrit par Bernard Gilbert donne le pouvoir aux femmes, s'inspire fortement du rapport au monde des Premières Nations, évoque l'inéluctable grand métissage des peuples.

Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine est plus qu'un simple roman, c'est le ferment d'une œuvre dense et érudite qui pourrait aisément être déclinée sous d'autres formes dans les prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !