•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sénat américain donne ses deux premiers feux verts à des juges nommés par Biden

Au Sénat, Julien Xavier, qui porte un masque, Zahid Quraishi et Regina Rodriguez, qui en porte un aussi, lèvent la main pour prêter serment.

Julien Xavier Neals, Zahid Quraishi et Regina Rodriguez, lors des audiences du comité judiciaire du Sénat consacrées à leur nomination, en avril dernier.

Photo : Associated Press / Tom Williams

Le Sénat a successivement approuvé, mardi, deux des candidats nommés par le président Joe Biden à des postes de juge. Une étape qui marque le début des efforts des démocrates pour amener les tribunaux fédéraux plus à gauche et leur apporter une plus grande diversité.

Les sénateurs ont ainsi donné leur aval à la nomination de Julien Xavier Neals à la cour fédérale de district du New Jersey, puis à celle de Regina Rodriguez, à la cour fédérale de district du Colorado.

La nomination du premier, un Afro-Américain de 56 ans, a été approuvée à 66 voix contre 33, et celle de la deuxième, une Américaine de 57 ans aux origines mexicaine et japonaise, à 72 voix contre 28.

Le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a salué une étape importante pour la nouvelle administration démocrate.

Ce sont les premiers de plusieurs juristes dont le Sénat dirigé par les démocrates examinera [la nomination] afin de rétablir l'équilibre du pouvoir judiciaire fédéral, avait-il dit d'emblée avant le vote.

L'arrivée massive de plus de 230 magistrats conservateurs, certains très jeunes, nommés par Donald Trump à différentes cours durant son unique mandat, a modifié la posture idéologique de plusieurs tribunaux, dont celui de la Cour suprême, où le républicain a pu nommer trois juges.

Les deux futurs juges pourront siéger à leur tribunal respectif quelques années après des nominations qui avaient avorté dans un Sénat à majorité républicaine. Ils avaient tous deux été nommés par le président démocrate Barack Obama en 2015, mais faute d'avoir fait l'objet d'un vote devant l'ensemble des élus, leurs nominations avaient expiré.

M. Neals sert présentement comme administrateur intérimaire et conseiller juridique du comté de Bergen. Mme Rodriguez est quant à elle une ancienne procureure fédérale devenue partenaire d'un cabinet d'avocats.

Des tribunaux plus diversifiés

Avant le vote, le président du comité judiciaire du Sénat, Dick Durbin, avait déclaré dans l'enceinte du Sénat que les deux candidats apporteraient aux tribunaux du pays la diversité d'expérience et démographique dont ils ont tant besoin.

Le visage de la justice est souvent aussi important que les faits de la justice, avait-il plaidé.

Les nominations faites par Joe Biden jusqu'ici laissent présager non seulement un revirement idéologique, mais également démographique si elles franchissent l'étape du Sénat. Sur les 19 personnes dont la nomination a été annoncée par le président Biden, plus de la moitié sont des femmes et plusieurs sont issues de la diversité.

À titre de comparaison, 84 % des juges nommés par son prédécesseur étaient blancs, et 76 % étaient des hommes.

Joe Biden a par exemple annoncé la nomination de Ketanji Brown Jackson, une juriste afro-américaine de 50 ans, à la Cour d'appel fédérale du District de Columbia. Le poste a été laissé vacant par Merrick Garland, devenu secrétaire à la Justice des États-Unis dans l'administration Biden.

Ce tribunal, le plus prestigieux après la Cour suprême, a à juger plusieurs causes importantes liées à des dossiers du Congrès et des agences gouvernementales dans sa juridiction.

Ketanji Brown Jackson est vue comme une candidate probable à une position de juge à la Cour suprême si jamais un siège se libérait. Joe Biden a déjà précisé que la première personne qu'il choisirait au plus haut tribunal du pays s'il en avait l'occasion serait une femme noire.

Le président américain a aussi nommé Zahid Quraishi, 45 ans, à la cour fédérale de district du New Jersey. Il deviendrait le premier musulman sur le banc d'une cour fédérale de district.

Selon le site officiel des tribunaux fédéraux américains, il y a actuellement 85 postes de juges à pourvoir, auxquels s'ajouteront au cours des prochains mois près d'une trentaine de sièges additionnels.

Avec les informations de Washington Post, et ABC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !