•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents donnent leur vision à propos de la future école francophone de Saskatoon

Chargement de l’image

La nouvelle école francophone à Saskatoon doit voir le jour d'ici 2025. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Une dizaine de parents d'élèves fransaskois se sont rencontrés, lundi soir, pour donner leur point de vue sur les espaces et les besoins communautaires en lien avec la future école francophone à Saskatoon.

La Fédération des francophones de Saskatoon organise ces rencontres afin de développer cette vision commune lorsque le Conseil des écoles fransaskoises et le gouvernement provincial vont nous demander des détails pour la nouvelle école, explique Bertrand Giroux, président de l’organisme.

Ce nouvel établissement d'enseignement doit voir le jour d’ici 2025.

Au cours des prochaines semaines, les données des différents groupes d'âge seront recueillies.

Pour que le processus accélère, on devra se réunir en communauté et faire du bruit. On va commencer à regarder ça surtout à la fin de l’année, affirme M Giroux.

Espaces pour tout le monde

Une mère de famille et participante à cette consultation publique ne souhaite pas que le Conseil des écoles fransaskoises se réapproprie les espaces communautaires comme une cuisine

D’ailleurs, la séparation entre l’école et le communautaire doit être franche, comme l’a mentionné Julien Gaudet, un autre parent. Les enfants passent neuf heures à l’école. Si on veut les encourager à revenir en soirée pour des activités parascolaires ou autres, on doit faire en sorte qu’ils n’entrent pas par la même porte, soutient-il.

Activités en français avec un personnel qualifié

Les participants se sont prononcés sur les activités sportives ou culturelles pour leurs enfants dans la communauté.

Un des points soulevés est la mise à jour du bottin francophone afin de trouver du personnel qualifié. Certains ont évoqué le partage des données et l’aide de l’organisme Canadian Parents for French.

Mais ces experts et ressources doivent s’exprimer très bien en français, comme l'ont mentionné deux participantes.

Une mère de famille fransaskoise sait que sa fille va s’exprimer en anglais, mais veut trouver des personnes qualifiées en français, comme un professeur de piano ou une gardienne.

Une autre idée qui a été soutenue par la majorité des parents est la renaissance du mouvement scout.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte attribuait par erreur une citation à Maria Ferré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !