•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un poème de Joséphine Bacon illustre une exposition temporaire du MBAM

L'installation temporaire du Musée des beaux-arts de Montréal est déployée sur l’avenue du Musée, à Montréal, pour l’été.

La femme est assise dans la rue devant l'oeuvre éphémère « La Dérive ».

La poète Joséphine Bacon

Photo : Pierre Longtin

Radio-Canada

La dérive est à la fois le titre d’un poème de Joséphine Bacon et le nom d’une grande installation temporaire du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) déployée avenue du Musée, à Montréal, pour l’été. L'œuvre, peinte sur l’asphalte, est consacrée aux glaciers.

Ce tableau qui défile sur la rue à l’image d’une rivière entourée de fragments de glace a été réalisé par le Collectif Incognito en collaboration avec l’autrice innue Joséphine Bacon. Des vers du poème La dérive écrit spécialement par l’artiste pour cette installation sont inscrits sur des fragments de l'œuvre.

Les personnes qui passent dans la rue, fermée aux voitures, peuvent s’asseoir sur des blocs peints en blanc et qui représentent la banquise, puis scanner un code QR avec leur téléphone intelligent pour écouter le poème La dérive. Il est récité en trois langues : en innu par Joséphine Bacon, en français par André Robitaille et en anglais par Laurence Lebœuf.

La peinture blanche et bleue est peinte sur la rue avec un filet bleu au centre. La photo a été prise en hauteur pour voir l'ensemble de l'œuvre.

Collectif Incognito, La dérive, 2021, peinture acrylique au sol et blocs en béton moulé.

Photo : MBAM, Denis Farley

La dérive rend hommage aux glaciers alors que leur fonte accélérée met en danger la faune, la flore et les populations du nord. Cette installation éphémère est aussi liée aux expositions Écologies : ode à notre planète et Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, que l’on peut voir actuellement au MBAM.

Il y a des milliers d'années, la fonte des glaciers a permis l'établissement des premiers peuples autochtones sur des territoires qu'ils habitent encore dans un esprit de synergie avec la nature. L'installation La dérive propose aux citadins de se laisser "dériver" en pleine ville, portés par le flot d'une nature à la fois forte et fragile, qui reprend ses droits au cœur même de la cité, explique le Collectif Incognito par voie de communiqué.

Ce collectif, né pendant la pandémie, est composé d’artistes de Montréal dont l’objectif est de créer des moments poétiques et rassembleurs au cœur des villes.

La fabrication et la conception des installations ont été faites en respectant l’environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !