•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vérificatrice provinciale recommande des changements en santé et en éducation

Judy Ferguson regarde sur le côté et écoute attentivement.

La vérificatrice provinciale demande que la Commission de la capitale provinciale communique davantage avec le public sur les projets pour lesquels elle est responsable.

Photo : Radio-Canada

Dans son rapport publié mardi, la vérificatrice provinciale de la Saskatchewan, Judy Ferguson, demande au gouvernement de modifier plusieurs programmes, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Judy Ferguson cible notamment les rapports d’incidents critiques dans les hôpitaux qui doivent donner lieu à plus de sécurité pour les patients, l’aide pour les jeunes enfants à être mieux préparés à l’apprentissage, le besoin d'une stratégie pour réduire le nombre de détenus provisoires à Saskatoon et ses environs et la nécessité de mieux réguler la consommation de cannabis.

Une meilleure analyse des incidents critiques

Les incidents critiques sont les plus courants dans les hôpitaux et les centres de soins de longue durée et incluent principalement des escarres, des chutes mortelles, des suicides, ou encore des erreurs de médicament.

La vérificatrice provinciale indique que le ministère de la Santé doit améliorer son utilisation des rapports d’incidents critiques, rapports qui doivent être remplis par les entités et remis au ministère après chaque incident, pour mieux protéger les patients.

Le ministère est chargé d’analyser ces rapports et de s’assurer que les dispositions prises par les centres et les hôpitaux permettront de prévenir la récurrence de ces incidents.

Or, du mois d'avril 2017 au mois de mars 2021, l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) a rapporté 884 incidents critiques. Sur les 290 incidents critiques rapportés durant l’année 2019-2020, 91 ont impliqué la mort d’un patient.

L’audit a cependant déterminé que le ministère de la Santé n’est pas tenu au courant de tous les incidents critiques. Et le ministère ne vérifie pas si les causes de ces incidents critiques sont assez identifiées pour prévenir leur récurrence.

Selon l’audit de la vérificatrice générale, 68 % des mesures développées pour assurer la sécurité des patients à la suite d’un incident critique ne sont pas mises en place.

Une aide pour l’inclusion des jeunes ayant des besoins particuliers

La vérificatrice provinciale souligne le programme clé qu’est le Soutien intensif à l’apprentissage des jeunes enfants (ELIS).

Le programme est développé pour aider les jeunes apprenants et les élèves de la prématernelle à la 12e année à recevoir un soutien ciblé pour les aider à atteindre leurs pleines capacités.

Même si selon Judy Ferguson, le ministère de l’Éducation a établi une bonne base pour l’évaluation du programme, plusieurs points doivent être améliorés pour savoir si le programme soutient suffisamment les jeunes.

Parmi ces points, la collecte de données pour déterminer si les enfants reçoivent assez de soutien, la collecte de données sur les progrès individuels lors du passage en maternelle des enfants, la collecte d’information des divisions scolaires sur les défis que pose le programme, et s’assurer que les divisions scolaires prennent les bonnes mesures pour améliorer l’application du programme.

Une évaluation constante doit permettre au ministère d’identifier les points à améliorer, comme la formation ou le financement des aides-enseignants.

Réduire les détentions provisoires à Saskatoon et les environs

Selon le rapport de la vérificatrice provinciale, les détentions provisoires en Saskatchewan expliquent en grande partie l'augmentation du nombre de détenus dans la province, mettant ainsi de la pression sur le système correctionnel.

Le rapport indique que plus de 40 % des individus en détention annuellement sont en détention provisoire ou préventive. Une détention provisoire dure en général moins d’un mois.

La vérificatrice provinciale recommande au ministère de la Justice de développer des objectifs et de travailler avec les services de police afin de mieux analyser les résultats, et ainsi ajuster ses pratiques.

Améliorer l’accès aux services de santé mentale et de dépendance à Prince Albert

La vérificatrice provinciale recommande à la SHA de réviser ses stratégies afin de fournir des services de santé mentale et de dépendance dans la région de Prince Albert.

Selon l’audit de Judy Ferguson, l’attente reste longue pour avoir accès à un service psychiatrique.

Sur l’année 2019-2020, plus de 90 % des enfants dont les besoins étaient modérés ont attendu plus de 20 jours ouvrables pour voir un psychiatre pour la première fois. C’est une augmentation d’au moins 10 % par rapport aux niveaux enregistrés sur l’année 2017-2018.

Ces temps d’attente peuvent être la cause d’une dégradation psychologique pouvant mener jusqu’au décès, souligne le rapport.

Judy Ferguson indique qu’il faut encore améliorer la collecte de données concernant les informations des patients et qu’il faut encore réduire le temps d’attente pour obtenir de l’aide.

La vérificatrice provinciale recommande également à la SHA de travailler avec le ministère des Services sociaux pour améliorer l’accès aux services de santé mentale et de dépendances pour les personnes en logements sociaux.

Un logement stable est également important pour améliorer la condition des personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de dépendance, indique le rapport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !