•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les prix des propriétés font l’affaire des vendeurs, mais pas celle de leurs voisins

Un chantier de construction d'une maison.

Le marché immobilier est en effervescence à plusieurs endroits au Nouveau-Brunswick où des maisons se vendent à un prix record.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Des résidents du Nouveau-Brunswick qui ont vu des voisins vendre leur maison à un prix record au cours de la dernière année et qui se demandent ce que leur réserve l’évaluation foncière de leur propriété ne sont pas seuls. Les évaluateurs fonciers de la province se posent la même question.

La société Service NB se penche sur les transactions immobilières de centaines de millions de dollars effectuées depuis l’été dernier. Il s'agit d’établir la valeur des propriétés aux fins de l’impôt foncier dans un marché immobilier en pleine effervescence.

Les conclusions de l’exercice peuvent mener à une hausse de l'impôt foncier pour la plupart des propriétaires au printemps prochain, qu’ils aient vendu ou non une propriété récemment. Les autorités peuvent aussi conclure que la hausse des prix ne constitue qu’une bulle immobilière temporaire entraînée par la pandémie et qui ne change pas fondamentalement la valeur des propriétés.

Les évaluateurs ont des outils pour reconnaître les ventes immobilières surévaluées, explique une porte-parole de Service NB, Valerie Kilfoil. Elle souligne qu’il y a plus d’enquêtes et d'analyses que d’habitude cette fois-ci.

Le registre des propriétés indique que quelques milliers de maisons ont changé de propriétaire au cours des 12 derniers mois. Plusieurs maisons ont été vendues pour des sommes considérablement supérieures à leur évaluation foncière. Dans le passé, c’était généralement un facteur fondamental menant à une hausse de l’évaluation.

Une propriété trop coûteuse ou une occasion?

Vanessa Fuentesfina cherchait à acheter une maison à Moncton l’an dernier au moment où les prix ont commencé à augmenter rapidement. Son couple en a trouvé une en septembre le long de l’avenue Cole, près de l’école Birchmount.

À ce moment, la propriété était évaluée à 141 300 $ par Service NB et elle était à vendre pour 190 000 $. Les Fuentesfina n’étaient pas les seuls acheteurs en lice et ils ont fini par payer 222 500 $.

Les maisons en ce moment sont beaucoup trop chères et beaucoup de gens ont de la difficulté à en acheter une, affirme Vanessa Fuentesfina. Au début, elle était mécontente d’avoir payé si cher, mais elle croit maintenant que c’était peut-être une bonne occasion en fin de compte.

Les parents assis devant un sapin de Noël tiennent leurs deux enfants dans leurs bras.

Vanessa Fuentesfina, son mari et ses enfants ont célébré leur premier Noël à Moncton en décembre 2020. La famille craignait d’avoir payé trop cher sa nouvelle maison, mais elle croit maintenant qu’elle a fait une bonne affaire.

Photo : Facebook/Vanessa Fuentesfina

Mme Fuentesfina dit qu’un agent immobilier l’a récemment informée qu’elle pourrait probablement revendre la maison à 280 000 $ si elle le voulait. Elle est étonnée que le prix puisse augmenter aussi vite.

Service NB a révisé à la hausse de 25 % l’évaluation foncière de cette propriété après que la famille Fuentesfina l’a achetée. La société de la Couronne étudie cette vente et d’autres qui ont été conclues dans les environs afin d’établir une hausse générale pour toutes ces propriétés.

Flambée des prix à Moncton

Service NB se base généralement sur les ventes conclues de juin à mai pour calculer l’évaluation foncière des propriétés. La région de Moncton est au coeur de l’effervescence du marché immobilier au Nouveau-Brunswick et elle fait l’objet d’un examen attentif.

Dans le secteur de Birchmount à lui seul, plus de 40 maisons ont été vendues durant la dernière année à des prix auxquels personne ne rêvait quelques mois auparavant.

Les rues Courteney et Huntington comptent en tout 37 maisons, dont 6 ont été vendues au cours des deux dernières années. Trois d’entre elles ont trouvé preneur en 2019 à un prix situé dans une marge moyenne de 3000 $ de l’évaluation foncière. Mais au cours des neuf derniers mois, les trois autres maisons ont été vendues à un prix moyen supérieur à l’évaluation foncière de 90 000 $.

Une fillette court vers l'entrée de la maison.

La maison de la famille Fuentesfina à Moncton était évaluée à 141 300 $ en 2020, mais elle a payé 222 500 $ pour l’acheter.

Photo : Facebook/Vanessa Fuentesfina

Un analyste principal et économiste à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, Tad Mangwengwende, a fait état en mars d’une haute surévaluation des prix des propriétés à Moncton. Il explique dans son étude que les prix sont considérablement plus élevés que ceux établis d’après les changements fondamentaux du marché. Il ajoute que de faibles taux hypothécaires et la croissance de la population contribuent à la hausse de la demande pour les maisons.

En entrevue, M. Mangwengwende affirme que peu de choses ont changé depuis son étude et qu’il voit des tendances similaires dans les régions de Fredericton et de Saint-Jean.

Si Service NB arrive aux mêmes conclusions, cela pourrait amoindrir les hausses dans le cas des propriétaires qui se trouvent dans des quartiers où les prix sont élevés. La société poursuite son analyse et va annoncer d’ici octobre ce qu’il adviendra des évaluations et des impôts fonciers.

D'après un reportage de Robert Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !