•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Septuagénaire happé sur la route 112 à Ascot Corner : le coroner conclut à un accident

Deux voitures de patrouille stationnée une derrière l'autre dans une rue

La Sûreté du Québec avait enquêté sur les lieux de l'accident (archives).

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Radio-Canada

La maladie d'Alzheimer, dont souffrait Pierre Provost, expliquerait pourquoi l'homme a adopté un comportement dangereux qui a causé sa mort à la suite d'un accident, survenu à Ascot Corner, le 23 novembre 2020.

Selon l’analyse faite par le coroner John Westerlund et rendue public mardi, le septuagénaire présentait des signes de démence depuis cinq ans, et c'est en raison de cette condition qu'il s'est notamment rendu en Estrie et a pris la décision de traverser une route à quatre voies, dans une portion peu éclairée.

À la base, l’homme de 74 ans voulait se rendre au bureau de poste situé près de chez lui à Delson, en Montérégie.

 Nous ignorons comment et pourquoi M. Provost s’est rendu à Ascot Corner cette nuit-là. Il ne connaissait personne dans cette région. La distance qui sépare Delson d’Ascot Corner est de plus de 160 km et il faut compter au minimum 1 heure et 40 minutes pour effectuer le trajet entre les deux municipalités , explique le coroner dans son rapport d’investigation.

Panne d'essence

Pierre Provost s’est arrêté en bordure de la route 112 en raison d'une panne d’essence. C’est en traversant la route 112 que le septuagénaire a été happé mortellement par un automobiliste vers 19 h.

« Malgré le fait qu’il n’y a pas de passage piétonnier, M. Provost a traversé la route à pied. Il arrivait de l’autre côté lorsqu’il a été heurté par une voiture qui circulait dans la direction opposée », relate le coroner.

Il souligne également dans son rapport que l’épouse de Pierre Provost avait des doutes quant à sa capacité de conduire. Il lui était déjà arrivé de se perdre avec sa voiture.

On peut noter que la décision de retirer le permis de conduire est toujours difficile et ne peut être prise à la légère.

Une citation de :John Westerlund, coroner

« L’accident de M. Provost n’était pas relié à une erreur au volant, bien qu’il ait été imprudent de traverser la route 112 à pied dans de telles conditions. Cette erreur de jugement serait reliée à la maladie d’Alzheimer », conclut le coroner Westerlund.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !