•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

72 % des répondants à un sondage jugent que Sherbrooke ne consulte pas assez

L'hôtel de ville de Sherbrooke.

L'hôtel de ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

72 % des 1179 citoyens sherbrookois qui ont répondu à un questionnaire estiment que la municipalité ne consulte pas suffisamment la population. C’est l’un des constats qui ressort d’un rapport de l’Institut du Nouveau Monde (INM) déposé lundi soir (7 juin 2021) au comité plénier public de la Ville de Sherbrooke.

L’organisme avait été mandaté pour consulter la population dans le cadre de l’élaboration d’une politique de participation publique de la municipalité. En plus d’un questionnaire d’opinion, l’INM a notamment tenu une soirée de consultation.

Les citoyens qui ont accepté de donner leur opinion ont en forte majorité (92 %) réclamé que la municipalité se dote de structures permanentes de consultation, comme une plateforme web ou un comité de consultation publique.

Les chiffres sont très révélateurs. C’est le manque de confiance envers l’organisation municipale, a réagi le conseiller municipal Marc Denault.

La conseillère Annie Godbout a quant à elle souligné l’importance d’utiliser davantage les outils numériques alors que 72 % des répondants au sondage ont indiqué qu’il serait souhaitable de privilégier la consultation en ligne.

Mme Godbout souhaiterait aussi que les citoyens soient de nouveau consultés sur la politique avant son adoption. On peut déjà mettre de l’avant de nouvelles pratiques pour vraiment démontrer qu’on est à l’écoute des gens, a-t-elle mentionné.

Évelyne Beaudin, candidate à la mairie et conseillère municipale, a quant à elle réclamé la création d’un organisme de consultation indépendant. Elle a notamment cité en exemple l’office de consultation publique de Montréal. L’adoption de nouvelle politique peut être intéressante, mais je ne crois pas que ce soit suffisant. La preuve, c’est qu’on avait une politique de consultation citoyenne depuis 2009, mais elle n’a jamais été véritablement mise en œuvre. Il faut absolument extraire la question de la participation des débats partisans et du conseil.

Le rapport de l’INM sera utilisé pour préparer la politique de participation publique de la Ville de Sherbrooke qui sera déposé au conseil municipal l’automne prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !