•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de centres d’injection supervisée, plus de cas de surdoses, selon une étude

Des boxes d'injection vides dans un centre d'injection supervisée.

Les centres d'injection supervisée donnent aux gens la possibilité de s'injecter une substance en toute sécurité et sous la supervision de professionnels. (archives)

Photo : The Associated Press / Rick Rycroft

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l'Université de l’Alberta montre un lien entre le nombre de visites dans les centres d’injection supervisée et les morts par surdose au fentanyl dans la province. Elle met en évidence les avantages des services de consommation supervisée pour les Albertains vivant avec une dépendance.

L'étude est intitulée L'impact des services de consommation supervisée sur les morts causées par le Fentanyl : les leçons révélées par les données albertaines (The Impact of Supervised Consumption Services on Fentanyl-Related Deaths: Lessons Learned From Alberta's Provincial Data).

Elle intervient moins d’une semaine après que Services de santé Alberta a tiré la sonnette d’alarme sur l'augmentation de la fréquence des surdoses à Edmonton.

La dernière année a été difficile pour ceux qui souffrent de dépendance à la drogue, dit l'auteur de l'étude, Tyler Marshall, qui souligne l'explosion du nombre d'appels d'urgence relativement à des surdoses depuis le début de la pandémie.

Il explique que les données recueillies depuis 2017 en Alberta montrent que, lorsque des centres d’injection supervisée ont fermé, les décès par surdose au fentanyl ont doublé.

L'augmentation des visites dans les centres d’injection supervisée joue un rôle dans la diminution des décès par surdose. Lorsque les visites dans ces endroits ont diminué en raison de la pandémie de COVID-19, les décès par surdose liés au fentanyl ont augmenté de 118,4 %, dit-il.

Selon les données présentées dans le rapport, les opioïdes étaient en cause dans plus de 80 % de tous les décès liés à la drogue. De plus, le fentanyl est en cause dans 94 % des décès dus aux opioïdes.

Tyler Marshall.

Tyler Marshall, doctorant à l’université de l’Alberta et co-auteur de l’étude.

Photo : Radio-Canada

Les données mettent également en évidence les services fournis par les centres d’injection supervisée. Ils distribuent 12,2 % des trousses de naloxone de la province et redirigent notamment les personnes vers des programmes de traitement de la toxicomanie.

Ces endroits sont des portes d'entrée dans un système qui peut fournir un soutien en matière de santé. On y propose des traitements, une formation à [l'utilisation sécuritaire de] la naloxone, une aide au logement et au transport et bien d'autres choses, précise le Tyler Marshall.

De plus, ces centres offrent une atmosphère plus accueillante qu'un hôpital ou une clinique pour les personnes toxicomanes qui peuvent craindre le regard des autres, selon lui.

Les services de consommation supervisée sont un bon moyen de prendre contact avec une partie de cette population.

Une citation de :Tyler Marshall, coauteur de l'étude et doctorant, Université de l’Alberta

La réorganisation des services d’injection supervisée, comme la fermeture du centre de consommation de Boyle Street, à Edmonton, renverra les personnes ayant besoin d’aide dans la solitude, selon Tricia Smith, directrice générale du centre de santé Boyle McCauley .

Si une personne cherche à accéder à nos services et que nous sommes pleins, alors elle ira dehors pour ses injections, explique-t-elle.

Le problème du fentanyl ne va pas disparaître. Nous devrions donc mieux comprendre comment soutenir les gens, ajoute-t-elle.

Un rapport gouvernemental publié en mars 2020 qui recommandait de réduire le nombre de centres d’injection supervisée dans la province a provoqué de l'inquiétude chez de nombreux experts en santé publique. Depuis, des critères plus stricts ont été mis en place pour encadrer les activités de ces centres.

L'étude de Tyler Marshall intitulée The Impact of Supervised Consumption Services on Fentanyl-Related Deaths: Lessons Learned From Alberta's Provincial Data (Nouvelle fenêtre) a été publiée dans la Revue canadienne de psychiatrie, en collaboration avec les cliniciens Adam Abba-Aji et Robert Tanguay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !