•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deuxième dose devancée : difficultés liées à Clic Santé

Une personne manipule la souris de son ordinateur.

Plusieurs Estriens ont éprouvé des difficultés quand est venu le temps d'avancer leur deuxième dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les personnes de 80 ans et plus peuvent dès aujourd'hui avancer la date de leur rendez-vous pour obtenir leur deuxième dose de vaccin contre la COVID-19. Plusieurs Estriens ont cependant éprouvé des difficultés à naviguer sur le site web de Clic Santé pour effectuer ce changement.

Radio-Canada a tenté l'expérience pour essayer de comprendre où se situe le problème. Selon nos observations, même si la plateforme offre le choix d'entrer son numéro d'assurance maladie ou son numéro de coupon de vaccination, le numéro de coupon serait finalement nécessaire pour accéder à la modification du rendez-vous.

Il s'agit d'un code composé de chiffres et de lettres, qui se retrouve normalement dans le courriel de confirmation de la deuxième dose et sur le feuillet reçu lors de la première dose.

Au Québec, seules les personnes ayant reçu une première dose du vaccin de Pfizer pourront devancer leur rendez-vous pour la deuxième injection. Le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que les doses de vaccins de Moderna ou d'AstraZeneca ne sont pas disponibles en quantité suffisante pour permettre cette option pour l'instant. La semaine dernière, Québec avait annoncé que tous ceux qui voulaient avancer l'injection de leur seconde dose pourraient le faire tant qu'ils respectent un intervalle de huit semaines entre les deux injections.

Seules les personnes qui ont reçu une première dose du vaccin de Pfizer peuvent avancer leur rendez-vous pour l'instant sur le site web de Clic Santé.

Le ministère de la Santé confirme avoir eu des difficultés techniques lundi liées à Clic Santé et à sa ligne téléphonique d’aide, mais souligne que des ajustements sont en cours pour faciliter le processus.

Un casse-tête en pharmacie

Le devancement des deuxièmes doses constitue également un casse-tête pour les pharmaciens.

Plusieurs d'entre eux indiquent avoir reçu un flot d'appels lundi de la part de patients qui souhaitent avancer leur rendez-vous. Le problème, c'est qu'ils ne savent toujours pas quand ils vont recevoir des doses. Devant ce manque de prévisibilité, des pharmaciens vont même jusqu’à décider d’interrompre la vaccination.

Ça va nous demander une réorganisation assez importante de notre travail dans un moment où c’est les vacances, où le personnel est fatigué et a besoin de vacances, et où la prévisibilité et la planification sont difficiles. Si on était certains de recevoir tant de doses pour telle date, on pourrait planifier, mais encore là, ce n’est pas précis, explique Benoit Morin, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires.

Ça crée un peu d’insécurité, surtout pour les patients. Je n’ai pas de réponse aujourd’hui, je ne peux pas dire quand je vais pouvoir leur devancer leur deuxième dose, soutient quant à elle Catherine Néron, pharmacienne propriétaire au Pharmaprix de Magog.

Je comprends l’insécurité des gens, mais je répète que ça ne sert à rien de nous appeler. Nous n’avons pas les réponses aujourd’hui.

Une citation de :Catherine Néron, pharmacienne propriétaire au Pharmaprix de Magog

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS indique pour sa part que le devancement des rendez-vous ne constitue pas un problème logistique important pour ses centres de vaccinations, puisqu’ils disposent notamment d'un plus important bassin de personnel.

Avec les informations de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !