•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boisaco s’inquiète du Plan de rétablissement du caribou forestier prévu par Québec

Le logo de Boisaco est apposé sur une pile de planches de bois d'œuvre.

Boisaco estime que le plan de rétablissement du caribou forestier menace la survie de l'entreprise de 600 employés.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Radio-Canada

La scierie Boisaco demande au gouvernement Legault de revoir son Plan de rétablissement du caribou forestier, en préparation pour 2023. L'entreprise craint que la stratégie envisagée ne diminue son territoire d’exploitation.

L’objectif du plan gouvernemental est de rétablir la population de caribous forestiers, considéré comme une espèce vulnérable depuis 2005. Pour ce faire, il est envisagé de limiter les coupes forestières au nord des régions de la Côte-Nord et du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Une carte où on peut voir une partie du territoire de la Côte-Nord et du Saguenay Lac-Saint-Jean en rouge: cette partie pourraient devenir une zone d'habitat en restauration.

Ce territoire est envisagé par le MFFP pour la stratégie pour les caribous forestiers où les activités forestières devraient être adaptées pour permettre la restauration du cervidé.

Photo : Radio-Canada

Nous avons retiré une carte du texte original sur laquelle on laissait entendre qu'une zone de récolte serait interdite. Il s'agissait d'une carte de Boisaco qui craint de perdre une zone de récolte. Or le gouvernement n'entend pas pour l'instant interdire l'exploitation forestière mais plutôt adapter les activités pour permettre une restauration rapide du cervidé.

Selon Boisaco, qui opère des usines de transformation du bois à Sacré-Cœur en Haute-Côte-Nord, le plan actuel retrancherait près de 30 % de son territoire d'exploitation. Cela représenterait une perte annuelle estimée à 20 millions de dollars.

On a besoin de pouvoir rassurer l'ensemble des intervenants puis d'enlever l'inquiétude. Parce que c'est clair que la situation actuelle est très pénalisante , déplore le président de l’entreprise, Steeve St-Gelais.

Dans une lettre ouverte adressée à François Legault, l’entreprise de 600 employés dit craindre pour la suite de ses activités.

Le président de Boisaco Steeve St-Gelais.

Le président de Boisaco, Steeve St-Gelais, s'est adressé au gouvernement dans une lettre ouverte.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

La scierie espère trouver d’autres mesures durables pour poursuivre l’exploration forestière dans le secteur tout en protégeant l’espèce.

Au moment de publier, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n'avait pas répondu à la demande d'entrevue de Radio-Canada.

Protection du Nitassinan

Pour le conseil de bande de Pessamit, il est primordial que l'exploitation forestière soit diminuée dans cette région. Le secteur en question fait partie du Nitassinan, territoire ancestral des populations innues.

Ce qui est la cause numéro un du déclin du caribou forestier au Québec, c'est vraiment l'exploitation forestière. C'est la cause numéro un aussi sur le Nitassinan de Pessamit, affirme la conseillère en gestion intégrée des ressources forestières du Conseil des Innus de Pessamit, Marie-Hélène Rousseau.

Ce qui est la cause numéro un du déclin du caribou forestier au Québec, c'est vraiment l'exploitation forestière.

Une citation de :Marie-Hélène Rousseau, conseillère en gestion intégrée des ressources forestières

Selon la conseillère, la modification du milieu de vie du caribou le rend plus vulnérable à des espèces prédatrices.

Tandis que la coupe forestière stimule la régénération de la forêt et en fait bénéficier les populations d’orignaux, on retrouve également davantage de loups et d’ours noirs, des prédateurs du caribou.

Le caribou se reproduisant moins vite que l'orignal, il est plus vulnérable à cette dynamique-là , explique Mme Rousseau.

La communauté de Pessamit a cessé la chasse au caribou forestier depuis maintenant 15 ans afin de protéger le cervidé. Mme Rousseau fait savoir que la communauté souhaite reprendre cette tradition ancestrale, lorsque la survie de l'espèce le permettra.

D'après le reportage de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !