•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un exil torontois ralenti par la pandémie pour un couple de l’Outaouais

Un couple se regarde droit dans les yeux, en souriant, dans les rues de Toronto.

Samantha Neves pose avec son copain Anthony Beauchamp, à Toronto, pour un partenariat avec Gödik Shoes.

Photo : tirée d'Instagram/@a.beauchamp_

L’été dernier, le couple composé d’Anthony Beauchamp, un hockeyeur, et de Samantha Neves, une artiste, a mis le cap sur Toronto dans le but de propulser leurs carrières respectives. La pandémie de COVID-19 a contrecarré leurs plans, mais ils ne sont pas restés les bras croisés. Bien au contraire.

Anthony Beauchamp, de Thurso, en a profité pour se remettre en question, chose qu’il n’avait jamais eu la chance de faire au cours des années précédentes, en raison du rythme effréné entre le hockey et les études. Sa réflexion l’a amené à en venir à la conclusion qu’il voulait faire carrière dans le droit, s’il ne perce pas dans le monde du hockey professionnel.

Cette année, les Varsity Blues ont mis l’accent sur le mentorat avec d’anciens joueurs du programme. Ça m’a donné la chance d’être jumelé avec Ed Snetsinger, dit-il en entrevue.

Il a joué professionnel avant de devenir avocat. Il m’a redonné le goût de combiner les deux, explique-t-il.

Anthony Beauchamp en possession de la rondelle avec l'Université Concordia.

Il y a quelques années, Anthony Beauchamp avait visité l’Université de Toronto, mais un concours de circonstances a fait en sorte qu’il a choisi l’Université Concordia (archives).

Photo : Stingers de Concordia

Ne pouvant monter sur scène comme elle le voulait, Samantha Neves a dû travailler dans une boutique de vêtements pour boucler les fins de mois, mais la Gatinoise n’a pas négligé sa carrière artistique.

J’ai quand même vécu de belles expériences. J’ai pu améliorer mon anglais et me créer un cercle d’amis. J’ai aussi rencontré quelqu’un qui crée mes vêtements, sur mesure, pour mes vidéoclips. C’est très important, raconte-t-elle.

Portrait de Samantha Neves dans les rues de Toronto.

Samantha Neves avait participé à l’émission La Voix, en 2019, se frayant un chemin jusqu’en demi-finale (archives).

Photo : Joulio Photographe

Les défis post-COVID

Lorsque les mesures sanitaires seront levées, Samantha Neves et Anthony Beauchamp savent déjà ce qu’ils feront. Un festival, quelque chose de gros, répond la chanteuse du tac au tac. Ça me manque de ressentir la vibration du public, de chanter avec des gens que je connais et d’avoir du plaisir [avec eux] avant de monter sur scène.

Jouer un vrai match. C’est ce qui me manque le plus. Ça fait un an et demi, mais la pause m’a redonné une drive supplémentaire.

Une citation de :Anthony Beauchamp, étudiant-athlète, Université de Toronto

En attendant de pouvoir revivre tout cela, le couple continuera de se soutenir et d’être présent l’un pour l’autre, dans les bons comme dans les moins bons moments de la vie d’une artiste et d’un athlète de haut niveau.

On est toujours là pour se remonter l’un et l’autre. Pour un hockeyeur, c’est rare de rencontrer une personne qui est compréhensive à 100 % de tous les sacrifices [que tu dois] faire. Elle le fait pour moi, et je le fais pour elle, en plus de faire la vaisselle!, lance à la blague Anthony Beauchamp.

Anthony Beauchamp, de dos, s'amène sur la patinoire sous les projecteurs.

Après avoir débuté sa carrière junior à Baie-Comeau et au Cap-Breton, Anthony Beauchamp a joué 65 matchs avec les Olympiques de Gatineau, en 2017-2018 (archives).

Photo : tirée du site web des Olympiques de Gatineau/Dominic Charette

Les prochains mois s’annoncent particulièrement excitants pour Samantha, qui sortira son prochain single, intitulé Oser cet été. Elle travaille également sur deux singles, en anglais, qui paraîtront à l’automne.

Parallèlement, elle produit et crée son premier album. Pour y arriver, elle s’est laissée convaincre de tendre la main au public par l’entremise d’une campagne GoFundMe, qui lui a permis de récolter près de 5000 $, soit près du tiers de son objectif pour couvrir tous les frais reliés à la confection de cet album.

J’ai l’impression que j’amène tous les donateurs avec moi dans la production de l’album. Ça me fait chaud au cœur.

Une citation de :Samantha Neves, artiste
Samantha Neves, assise sur un tabouret, se tenant le visage avec la main gauche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La pochette du premier single de Samantha Neves, intitulé Failles.

Photo : Alexis Gr

Les tourtereaux partagent leur vie depuis plus de deux ans et demi. Nul ne sait quand leurs carrières respectives atteindront leur apogée, mais chose certaine, ils veulent vivre ces succès ensemble.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !