•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : promettre un décret avant l’été serait « hasardeux », dit Guilbault

Une maquette du projet de tramway de la Ville de Québec.

L'annulation du processus d'appel de propositions pour le tramway repoussera sa mise en service d'une année (archives).

Photo : Ville de Québec

Le gouvernement Legault refuse de s’engager à donner le feu vert à la Ville de Québec pour qu’elle relance le processus d’appel de propositions pour le tramway d’ici le début de l’été, tel que souhaité par Régis Labeaume.

C'est toujours hasardeux de donner des futures dates d'adoption de documents dans des conseils des ministres qui, par ailleurs, doivent quand même en discuter et voir si on l'approuve, mais ce que je vous dis, c'est qu'on a l'intention d'appuyer la Ville dans ses démarches, a déclaré lundi la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault.

Elle a mentionné qu’elle allait prôner que les choses se fassent comme il se doit.

Gros plan de Geneviève Guilbault portant un masque.

Selon Geneviève Guilbault, il serait « hasardeux » de spéculer sur la date d'adoption d'un décret du Conseil des ministres.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La vice-première ministre a précisé que son gouvernement n’avait encore reçu aucune documentation officielle de la part du bureau de projet du tramway en vue d’une reprise du processus d’appel de propositions.

Il faut voir le document qu'on va nous soumettre puis on va l'analyser puis on va s'assurer qu'il est prêt puis ensuite de ça, on va le passer au Conseil des ministres, a fait savoir Mme Guilbault.

Deux étapes

À la suite de l’annulation du premier appel à soumissionner, le maire de Québec a annoncé vendredi dernier son intention de scinder le processus en deux étapes : une pour le matériel roulant et l’autre pour la conception et la construction, afin de stimuler la compétition.

L’administration Labeaume aimerait lancer l’appel de propositions pour la portion matériel roulant dès cet été et l’autre à l’automne. Or, pour procéder ainsi, elle a besoin d’un nouveau décret du Conseil des ministres.

Régis Labeaume lors d'un point de presse à l'hôtel de ville de Québec.

Régis Labeaume dit avoir la certitude que la Ville obtiendra son décret avant le début des vacances estivales (archives).

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

Le maire souhaiterait obtenir ce décret d’ici le mois de juillet. La dernière séance du conseil des ministres avant la pause estivale aura lieu le 7 juillet.

Labeaume pas inquiet

Invité à réagir à la sortie de la numéro deux du gouvernement Legault, Régis Labeaume n'a pas semblé inquiet. Le maire dit avoir obtenu l'assurance qu'il obtiendrait son décret à temps pour relancer l'appel de propositions cet été.

J'ai lu ce que Mme Guilbault a dit. Écoutez, nous autres, tout est aligné pour le tout début juillet. On m'a reconfirmé tantôt au bureau du premier ministre qu'on aurait notre décret avant le départ pour les vacances. Alors, il n'y a absolument rien de changé, a-t-il réagi.

Dans une réponse envoyée à Radio-Canada, le bureau du premier ministre n’a toutefois pas confirmé avoir donné pareille assurance au maire :

Comme la vice-première ministre l'a affirmé, il est trop tôt pour donner une date précise pour le décret, mais nous désirons appuyer la Ville dans ses démarches et sommes confiants que la documentation sera prête à temps pour un décret avant la pause estivale du Conseil des ministres.

Rousseau fulmine

Le refus du gouvernement Legault de s’engager à adopter un décret avant le mois de juillet met le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, hors de lui.

Jean Rousseau accorde une entrevue à Radio-Canada à l'extérieur de l'hôtel de ville de Québec.

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, s'interroge sur la « proximité » qu'il dit observer entre le parti Québec 21 et le gouvernement Legault.

Photo : Radio-Canada

Il en vient à se demander si le provincial, en appuyant le projet du bout des lèvres , ne joue pas le jeu de Québec 21 et de son chef, Jean-François Gosselin.

C'est à n'y rien comprendre. On a deux discours complètement différents. Ce qui m'effraie là-dedans, [c’est qu’] on se demande qui décide. Est-ce que c'est [le ministre des Transports] François Bonnardel ou Jean-François Gosselin? [...] Y a-t-il un deal quelconque entre Québec 21 et le ministre Bonnardel? , questionne M. Rousseau.

Le conseiller municipal du district de Cap-aux-Diamants affirme qu’il est grand temps que le gouvernement précise ses intentions à l’aide de gestes concrets .

C'est incroyable qu'à ce moment-ci, lorsque les sommes sont sur la table, lorsque le projet a été présenté à de nombreuses reprises, qu'on ne soit pas en mesure d'affirmer clairement qu'il y aura un arrêt ministériel pour qu'on puisse scinder le fameux appel d'offres , a dénoncé Jean Rousseau.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !