•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoit Cardinal fait appel de sa condamnation pour meurtre

Plan rapproché de Benoit Cardinal.

Benoit Cardinal est reconnu coupable du meurtre au premier degré de sa conjointe Jaël Cantin.

Photo : Facebook

Benoit Cardinal, reconnu coupable du meurtre au premier degré de sa conjointe Jaël Cantin, demande la tenue d'un nouveau procès, disant avoir été victime d'une kyrielle d'erreurs de droit.

Le père de famille de 35 ans persiste et signe : il y avait un intrus dans la maison, la nuit où la mère de ses six enfants a été battue à mort, le 16 janvier 2020, à Mascouche.

Parmi ses huit motifs d'appel, il reproche à la juge de la Cour supérieure qui a présidé son procès d'avoir commis plusieurs erreurs dans ses directives finales au jury, notamment en l'invitant à ne pas se laisser distraire par la question de la présence d'un intrus ou d'une fille sur la scène de crime et par celle de la comptabilité de cette scène avec la présence d'un intrus, peut-on lire dans l'avis d'appel obtenu par Radio-Canada.

La juge Johanne St-Gelais estimait qu'aucune preuve ne soulevait de doute quant à la présence d'un tiers sur la scène de crime.

Or, Benoit Cardinal, qui a refusé de témoigner lors de son procès, estime que la juge était partiale et aurait dû se récuser, ce qui est un autre de ses motifs pour demander un nouveau procès.

Dans les derniers jours du procès, la tension était palpable entre les avocats de la défense et la juge. La veille du verdict, le 7 mai, alors que le jury délibérait, les avocats Ghassan Toubal et Louis-Alexandre Martin avaient d'ailleurs demandé à la magistrate de se récuser et de faire avorter les procédures. Ils affirmaient notamment qu'elle les avait pris en aversion et s'était adressée à eux avec un ton abrupt et péremptoire qui laissait croire que son idée était faite alors que les parties débattaient des directives à donner aux jurés.

Jaël Cantin.

Jaël Cantin est décédée le 16 janvier 2020 à Mascouche.

Photo :  courtoisie

La juge St-Gelais avait balayé la requête, visiblement excédée. Si je me trompe, vous irez en appel. La Cour d'appel déterminera si j'ai été partiale, avait-elle dit aux avocats de la défense en rejetant leur demande.

Parmi les autres motifs invoqués, Benoît Cardinal estime également que la juge n'aurait jamais dû admettre en preuve les propos suicidaires et/ou inquiétants qu'il a tenus dans les jours précédant le meurtre.

Benoit Cardinal a été reconnu coupable du meurtre prémédité de sa conjointe de longue date le 8 mai dernier. Lors du procès, la preuve de la poursuite tendait à démontrer que l'ex-éducateur en Centre jeunesse avait tué Jaël Cantin afin de bénéficier de son assurance-vie et régler ses problèmes financiers.

Il conteste également la constitutionnalité de la peine imposée automatiquement dans les cas de meurtre au premier degré, soit l'emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Les procureures aux poursuites criminelles et pénales sont Caroline Buist, Valérie Michaud et Geneviève Aumond. En plus de maîtres Toubal et Martin, Philippe Comtois représente Benoit Cardinal pour les procédures d'appel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.